Individu @6

Samedi 29 avril, je suis rentrée un peu plus tard que d’ordinaire après avoir partagé une pizza avec Sarah. Oh ! pas si tard. Il était à peine dix heures quand j’ai franchi le seuil de mon immeuble. Dehors, nos jeunes gens étaient là, comme tous les soirs : scooters, rires, musique, chichons, blabla… Je n’ai pas prêté attention à celui qui m’a emboîté le pas quand j’ai ouvert la porte avec mon passe. La chose est fréquente et je n’ai aucune vocation à vérifier qui entre et sort.
Arrivée à ma boîte aux lettres, je me suis souvenue que j’y avais laissé un courrier. Je l’ai ouverte, ce que je ne fais d’ordinaire pas en soirée histoire de ne pas trop diffuser mon nom (donc l’emplacement précis de mon logement). J’ai pris l’ascenseur, ce que je ne fais d’ordinaire pas ; un souci de genou m’y contraignait. C’est à ce moment-là que j’ai pris conscience qu’il y avait un gars.
Il était souriant. Il est monté en premier. Il m’a fait signe d’appuyer sur le bouton de mon étage avant d’appuyer sur le dernier étage ; la chose m’a surprise, sans que je ne l’interprète. Il s’est mis à me parler par geste ; j’ai compris qu’il était sourd-muet. J’ai montré ma canne blanche pour lui indiquer que je suis bigleuse et que je ne comprends pas ses gestes. Il a fini par me tendre la main. Je l’ai serrée. Il s’est alors approché et a avancé le visage pour m’embrasser.
Ma réaction a été vive mais calme, mains immédiatement en position (basse) d’attaque de jujitsu, jambes légèrement fléchies et pieds bien en appui. Il a reculé, faisant un geste d’apaisement. L’ascenseur arrivait à mon étage. Je suis sortie en lui faisant face, ne me suis pas dirigée vers ma porte mais placée dans un angle mort dos à la porte de l’escalier. J’ai attendu que l’ascenseur reparte pour entrer chez moi.
Je ne peux pas dire que j’ai eu peur ; je me suis simplement sentie agressée. J’ai pensé appeler la police sachant qu’il squattait sans doute le palier du 7e, ce qui est fréquent. J’avais envie de dormir ; je me suis mise au lit, j’ai regardé mes mails, mon fil Facebook. 23 heures. Extinction des feux. Et là. Là. La machine à trouille s’est mise en marche. Avait-il vu quelle boîte aux lettres j’ouvrais ? Peut-être aurais-je dû partir de l’autre côté de l’ascenseur qui donne sur cinq logements contre deux côté cage d’escalier ? Allait-il tenter d’entrer chez moi la nuit ? Allais-je le recroiser sans le reconnaître ? Étais-je en danger ? Était-ce un simple gars qui tente sa chance en usant de son handicap ou un pervers multirécidiviste recherché par toutes les polices du monde ?
Autant dire que j’ai peu dormi. J’écris ce billet le lendemain. J’espère dormir ce soir. Je n’ai pas peur, là : il fait jour ; et je ne veux pas avoir peur ; mais il me reste cette sensation désagréable d’avoir été agressée. Très désagréable.

3 commentaires pour Individu @6

  • Cécyle

    Sur les conseils d’Isabelle, j’ai vu mon gardien. Il semble que l’homme est connu, il vient rendre visite au fils sourd d’un voisin du 7e, fils sourd qui a tenté aussi d’embrasser une voisine que je connais bien… Une pratique de LSF ?
    Il faut que j’en parle à cette voisine.
    En tout cas, aucun péril. Ouf !

  • Vincent

    Ce n’est pas une histoire très rassurante.
    Et je suis désolé que vous ayez dû avoir des inquiétudes.

    Mais je note aussi que vous avez très bien géré la situation, avec de très bons reflex et un bon sang froid.

    Vous avez pris la position de défense, ce que le potentiel agresseur a très bien noté.
    Pour autant, vous le l’avez pas frappé. Ce qui est une bonne chose, s’il devait s’avérer qu’il n’y avait pas de mauvaise intentions. Et une bonne chose de façon général de n’être pas le premier à porter le coup (enfin, parfois ça dépends…)

    Des nouvelles au sujet du gars ?

    • Cécyle

      L’idée de le frapper ne m’est pas venue à l’esprit, c’était juste me défendre : esquiver et fuir. Je sais avec le judo que je suis forcément perdante à l’affrontement direct.
      Je ne l’ai pas revu (ou alors, il est passé très très loin ! 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>