Hoax @9

Dans un billet récent, j’ai évoqué l’intérêt de lire régulièrement Que Choisir. J’en ai un autre exemple bien plus dépotant !
Depuis la mort de ma-Jeanine, un de ses amis vient me voir quand il a besoin d’aide dans ses démarches administratives ; je le fais très volontiers ; c’est un homme d’une rare gentillesse. Il est ainsi venu l’autre jour pour que je lui écrive des chèques. Il me présente à cette fin un courrier d’huissier lui réclamant 2500 euros d’amendes impayées au nom d’un service automatisé des infractions. Ça fait une somme ! Je prends le temps de lire le courrier, de l’interroger et de prendre quelques infos sur le Net.
De fil en aiguille, je note :
* le courrier n’est pas arrivé en recommandé ;
* il ne s’appelle pas « injonction de payer » et ne fait référence à aucune ordonnance de jugement ;
* deux amendes sont datées de 2015 et 2016 ; le gros de la somme demandée (2000 euros environ) n’est pas détaillé ni daté.
Cela me rappelle un article que j’ai lu dans le Que Choisir d’avril 2017 sur les sociétés de recouvrement. Sa dette ne serait-elle pas prescrite ? La seule chose qui me pose souci par rapport à ce que j’ai lu c’est que le demandeur est un huissier ; ce sont des gens sérieux, les huissiers, non ? Je ne les imaginais en tout état de cause pas racheter des dettes douteuses. Cet ami me raconte que devant ce courrier, il a appelé l’huissier. Une dame charmante lui a promis d’interrompre la procédure s’il envoyait dix chèques, pratique courante qui permet de faire lever la prescription de la dette.
Si le sujet vous intéresse, toutes les infos sont . Ceci étant, et bien que le courrier menace de « procédure de saisie » (et non de saisie puisque aucun jugement n’a eu lieu), j’invite cet ami à ne pas payer ; je sens qu’il a peur même s’il vit dans un meublé, n’a plus de voiture et dispose d’un revenu sur lequel un juge ne pourra pas prendre grand-chose.
— Et s’ils viennent chez moi quand je suis au travail ?
Je tente de lui expliquer que seuls deux types de personnes peuvent entrer chez lui sans son autorisation, la police et les voleurs, et que cet huissier a besoin d’un juge pour mander la première ; qu’il est donc le second sans cela. Pour lever ses doutes, je l’envoie au local de l’UFC-Que Choisir qui est à 400 mètres de chez moi (un hasard ?) en lui disant qu’il devra payer la cotisation de 30 euros pour que son dossier soit étudié. Il me rappelle une heure plus tard.
— Le gars m’a dit de ne pas payer l’huissier mais directement à Rennes.
Je comprends à notre discussion que l’UFC-Que Choisir lui a conseillé de payer sa dette pour des raisons morales mais lui a bien déconseillé de la payer à cet huissier. Et comme la dette a été rachetée… J’ignorais que l’État revendait ses créances douteuses à des margoulins. Ah ! la dette. Un sujet inépuisable.

 

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>