Exposer @11

J’ai publié début avril une photo sur ma page Facebook qui a fait un bide, au sens où elle a été moins likée et commentée que ce que le sont d’ordinaire les photos sur ma page. Il faut dire que le texte qui l’accompagnait était assez provocateur et caustique. Est-ce cela qui a coincé ? Vous trouverez la photo et mon texte ici.
Ma provocation touche les conditions d’accès PMR aux musées ; je saisis l’occasion pour expliciter ma position.
* Le coupe-file : le plus souvent, une carte d’invalidité donne un accès prioritaire aux musées. Autrement dit, la personne handicapée passe devant tout le monde. C’est quelque chose de très jouissif, j’avoue. Est-ce un privilège abusif ? La personne en fauteuil est certes assise… Mais la personne en cannes, le déficient sensoriel et même mental peut avoir des soucis d’équilibre et de moindre résistance physique ou psychique à l’attente debout. L’accès prioritaire me paraît donc un privilège acceptable.
* La gratuité de l’accompagnateur : c’est sans doute ce qui me semble le plus évident et nécessaire quel que soit le handicap ; aide aux déplacements, à l’accès aux toilettes, gestion de la foule, audiodescription, etc.
* La gratuité pour la personne handicapée : c’est ce qui me paraît le plus discutable. Cela induit d’abord l’idée que la personne handicapée est forcément une personne pauvre ; c’est souvent le cas, mais ce n’est pas le handicap qui crée la pauvreté, mais son traitement social et économique. Des musées proposent la gratuité aux bénéficiaires de minima sociaux. Cela me semble plus juste et pouvoir s’appliquer sans problème aux handicapés pauvres.
J’en viens à ma dernière phrase, assez sardonique, j’en conviens : après avoir suggéré qu’être accompagné d’une personne handicapée facilite l’entrée aux expos temporaires du Louvre, je conclus « Pour vous consoler de ne fréquenter que des valides, de belles images sur cette page 😉 » Ne serait-elle pas même un peu revancharde, d’ailleurs, ma phrase ? Sans doute et je ne pensais pas un jour l’oser ; j’en regrette juste la part de violence qui fait écho à cette violence quotidienne que produit notre organisation sociale qui pratique la ségrégation de beaucoup de catégories de populations : qui, en effet, fréquente au quotidien une personne en situation de handicap permanent qui ne soit pas un membre de sa famille ou une personne de plus de 75 ans ?
Vous me direz qu’il n’est pas très usuel d’aller chercher spécifiquement des handicapés à fréquenter sauf si l’on veut voyager gratuitement ou faire coupe-file dans les musées… C’est bien ce que je disais, l’ordre social ne met pas en lien valides et handicapés et, quand il le fait, le valide a aussitôt un douloureux problème à gérer, celui d’une différence qui lui est inconnue (vous en avez de nombreux exemples sur ce blogue). C’est donc bien la société qui est responsable de ça… La société, et les individus qui la composent ? Je vous laisse trancher.

1 commentaire pour Exposer @11

  • Eve

    Ce que j’aime c’est le détournement du titre « peinture de genre ».

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>