Décroissance @48

Isabelle a partagé un blog « Consommer sainement ! » qui donne des conseils de consommation durable et notamment « Faire le ménage de manière écologique, économique et sans dangers pour la santé : recettes et astuces ! » Le sujet m’intéresse mais devient un marronnier et m’agace de plus en plus. Cet article permet de décoder un peu.
« De manière écologique », d’abord. Je ne crois pas très écolo le chiffon « microfibre » mais il est vrai qu’il se lave faute de se recycler. Quant au fait de disperser de grandes quantités de vinaigre, de bicarbonate, de savon de Marseille et d’huile essentielle… si l’on s’y mettait tous, l’effet sur l’environnement serait-il moins délétère que les produits actuels ? On ne m’en a jamais fait la démonstration.
« De manière économique », ensuite. Je remarque d’emblée que seul le prix du vinaigre blanc est donné. Un peu cher, d’ailleurs : je le paie 0,80 euro chez Tang. Par contre, un savon de Marseille de 400 g de la marque conseillée par ce site vaut 3,99 euros à Paris chez Truffaut, marque d’ailleurs qui vend des savons à l’huile de palme pour le linge que pourtant déconseille ce site alors que pour le linge, les savons à l’huile d’olive provoquent des dégâts (ça colore tout vert !) L’huile essentielle de citrus limon elle vaut 4,69 euros les 10 ml chez mon fournisseur et le bicarbonate 2,89 euros les 500 g au Simply. J’ai ainsi détartré à fond mes toilettes l’autre jour sur une recette de Danielle avec un litre de vinaigre chaud et trois cuillers à soupe de bicarbonate. Très efficace ; mais pas bon marché ; 1 euro environ le détartrage ! Certes, ma bouilloire et ma carafe en ont profité au passage. Le gel WC chez Simply vaut 1,30 euro (marque distributeur) et le spray anticalcaire 2,40 les 750 ml (marque distributeur). Utilisés selon la même technique (vider l’eau et frotter) les deux m’auraient coûté moins cher pour autant d’efficacité.
« Sans danger pour la santé… » Vu comment je tousse et ai la sensation d’étouffer quand je pulvérise mon vinaigre à la lavande (je le fabrique moi-même, bien sûr, avec de la lavande en vrac ; on me l’offre, ouf !) sur les parois encore chaudes de ma douche, je me demande…
J’en viens aux « recettes et astuces ».
* « 1- Nettoyant pour le sol : mélangez 1/2 seau d’eau tiède/chaude avec 1/3 verre de vinaigre blanc et quelques gouttes d’huile essentielle de citron (facultative…) » Je ne dois pas laver mon sol assez souvent autant que je n’ai jamais remarqué que le vinaigre blanc avait un pouvoir lavant ! J’utilise un produit industriel à 2 euros le bidon de 1,5 l ; il me fait environ un an (10 m2 de lino entre ma cuisine et ma salle de bains).
* « Nettoyant multi-usage (plans de travail, salle de bain, cuisine, tables, …) » La recette est la même ! Il m’est arrivé d’utiliser pur le vinaigre blanc sur mon plan de travail, parce que j’avais mon spray en main. Cela ne nettoie rien. On peut fabriquer le même nettoyant avec des peaux d’agrumes (à la place de l’huile essentielle de citrus limon) ; combien en faut-il pour la même quantité active ? Si j’en crois Wikipédia, 3000 citrons pour un kilo d’huile essentielle ; ça doit faire trois citrons pour une goutte d’un gramme avec le bon mode d’extraction, trempouiller ne l’étant pas.
* La lessive et le liquide vaisselle… à base de savon de Marseille. Il est vrai que les lavandières n’utilisaient que du savon et frottaient, frottaient, frottaient… Je ne trouve pas de test sur les lessives faites maison ; je remarque juste qu’à me laver les mains au-dessus de la cuvette où trempe ma vaisselle, je la graisse inutilement. Allez ! je testerai de frotter le col de mon kimono au savon de Marseille (j’en ai du bon à l’huile de palme) ; je verrai si c’est aussi efficace que le détachant !
Quant au reste… Ce sont des produits que je n’utilise pas (et je me gausse du caractère écolo d’allumer un four 45 minutes pour le nettoyer !)

14 réflexions sur « Décroissance @48 »

  1. Salanobe

    Ça n’est pas tout à fait faux. 😉
    Le marché des produits industriels est charmant. Ils sont efficaces, pas chers et pratiques. C’est difficile de trouver l’équivalent avec du « fait maison », écolo.
    C’est pareil en ce qui concerne le glyphosate pour les agriculteurs, la voiture diesel pour les automobilistes…

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Ah ! le progrès ! 😉 Je n’ai pas l’intention d’y renoncer.
      Ce qui m’agace, c’est qu’à utiliser de mauvais arguments, on fait le jeu de l’industrie chimique qui ont pour eux, en effet, un faible coût et une grande efficacité, sans proposer un contre-modèle cohérent.
      Peut-être qu’une réflexion sur ce qui est propre ou non, par exemple, pourrait être un début ?

      Répondre
  2. Ornella

    Souvenirs…

    Mes grand-mères utilisaient des savonnettes Monsavon au lait
    Maman du shampoing Dop, et du Paic citron pour la vaisselle
    Marraine disait : quand je suis revenue travailler à la pharmacie après la guerre, la seule crème pour le visage qui ne s’était pas dénaturée était la Diadermine
    La compagne de Kader, Annie, avait de très longs cheveux, elle se les rinçait avec de la Soupline
    On buvait l’eau du puits où un ancêtre s’était noyé
    On tuait le cochon avec la famille et les voisins, c’étaient nous, ma sœur et moi, qui nettoyions les boyaux dans un seau (puisé dans le puits), un seul seau pour tous les boyaux… Après c’était ma grand mère qui soufflait dans les boyaux pour les ouvrir vraiment et y mettre le sang pour faire du boudin. Ma sœur et moi, on voulait pas le faire car il restait toujours un peu de caca et ça nous dégoûtait !…
    J’en ai d’autres !!! Comme les recettes de Tante Suzanne qui disait toujours : mais c’est propre, assieds-toi. Et elle donnait un coup de manche avec sa blouse pour essuyer la table !

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Déjà que Isabelle n’aime pas trop le boudin noir, on est foutues ! 😉

      Je remarque quand même que Monsavon, Soupline, Dop, Paix Citron et Diadermine sont des produits de l’industrie chimique. Comme le bicarbonate de soude, d’ailleurs ! 😉

      Répondre
        1. Cécyle Auteur de l’article

          Au moins, tu sais désormais d’où me vient ce chic du vêtement d’intérieur taché-propre ! Un atavisme.

          Répondre
    2. Salanobe

      Hmm… le boudin au caca semble aussi appétissant que les grives pendues à la cheminée jusqu’à ce qu’elles se vident sur des tartines grillées.

      Répondre
        1. Ornella

          Ne rêve pas, Isabelle, le boudin n’est plus fait à partir de boyaux naturels, mais avec des tuyaux issu de l’industrie pétro-chimique (comme les boyaux de vélos !)

          Répondre
          1. Ornella

            Précisions :

            Boyaux ARTIFICIELS : ces boyaux sont surtout destinés à contenir de la charcuterie telle que la saucisse de Lyon, jambon, ail, foie, viande, pistache, bière, ménage, tartiner… Ils sont aussi de plus en plus utilisés comme enveloppe de cuisson pour des applications du type jambon pour pizza, lardon pour tarte flambée, saucisse de viande pour salade…

            La société Walter tient en stock une grande gamme de boyaux artificiels en rouleaux qui peuvent être adaptés à chaque client. Des impressions personnalisées (Logo, nom du produit…) peuvent être réalisées sur ces boyaux artificiels.

            Autre précision : les cochons du pépère et de la mémère Denise étaient nourris aux pommes de terre bio du jardin. Ma grand mère les faisait cuire dans une grande bassine en cuivre, sur un feu de bois. Et ces pommes de terre… ? toute personne passant devant pendant leur cuisson, en prenait une. C’est peut-être de là que vient l’expression : se refiler une patate chaude ?

          2. Cécyle Auteur de l’article

            Tu peux toujours t’en servir avec Vélectro, ça change de pédaler dans du boudin plutôt que dans de la semoule !

    1. Cécyle Auteur de l’article

      C’est cher aussi le savon noir ; c’est comme le boudin, c’est devenu un produit de luxe alors que c’était autrefois le bien commun.
      Ah ! le marketing du bon produit d’antan. Gageons que l’on n’en revienne pas à la guillotine !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.