Hétéronomie @18

Codes civilsVoici que mes cours de droit sont aussi sources de billets… Dans le cours d’Histoire de la pensée juridique, par trois fois, l’hétéronomie s’est invitée. Voici les citations.
« Cette affirmation de l’origine nécessaire transcendante du pouvoir ouvre le règne de ce que l’on a coutume d’appeler l’hétéronomie du droit, l’hétéronomie des institutions. Ce principe va dominer la réflexion juridique et politique jusqu’à la fin du XVIIe siècle et il ne cèdera progressivement la place qu’assez tardivement, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, au principe qui nous est familier, celui de l’autonomie : l’homme se donne sa loi en lui-même. Ce principe donc se fonde sur le texte de la Genèse (… ). »
« Le passage de l’hétéronomie à l’autonomie qui marque les fondements et les formes affecte aussi les fins assignées à l’État. Les fins spirituelles, les fins dans l’au-delà sont désormais écartées et l’accent est mis sur le bonheur, le bonheur terrestre. Le but de l’organisation politique, c’est, dit-on, d’assurer le bonheur des hommes, c’est également de les guider sur le chemin du progrès. »
Voilà donc la réponse à nos interrogations : si La vie en Hétéronomie nous est si riche, en embûches notamment, c’est que Cécyle et nous préférons le bonheur terrestre aux fins dans l’au-delà. Ceci dit, je garde ma préférence au bonheur terrestre, quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.