Écrivaine @28

J’ai envoyé l’autre jour un mail à quelqu’une pour lui dire qu’elle me trottait dans la tête. Beaucoup de signes indiquaient que la réciproque n’était pas vraie ; je voulais m’en assurer et ne pas fermer la porte sur un simple ressenti.
La réponse a un peu tardé ; douze jours. Cela m’a laissé le temps d’écrire dans ma tête toutes les réponses possibles, tous les scénarios imaginables. Vous pensez bien qu’en la matière je suis assez prolixe, moi dont une des spécialités est la « romance lesbienne », comme on dit au Québec.
Verdict ? La réponse, si au fond elle correspondait bien à ce que je pressentais (eh oui, une taule !), sa forme, elle, n’était rien d’approchant de ce que j’avais pu imaginer. J’en conclus que la littérature ne sera jamais à la hauteur de la « vraie vie ». Chouette ! Laissons-nous surprendre !

2 commentaires pour Écrivaine @28

  • vincent

    Et qu’avait-elle de particulière (sinon d’être potentiellement unique), la forme ? 🙂

    • Cécyle

      Je ne peux pas vous répondre sans dévoiler l’ensemble de l’histoire. Il vous faudra l’imaginer, je sais que vous savez faire ! 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>