Déo @22

Logo Paris siteLe 2 janvier, je regarde comme chaque jour mon fil d’actualité Facebook et suis attirée par un nouvel article du site de la Ville de Paris sur le centre d’accueil des réfugié du boulevard Ney. Bien m’en a pris, la patte du rédacteur de l’article dont je vous ai parlé dans un précédent billet (ici) y était, et dans les mêmes dérives lexicales.
Le lendemain, j’ai décidé de refaire un mail au responsable du département Paris numérique à la direction de la communication qui n’avait pas répondu au précédent, avec Célia Blauel et Hélène Bidard en copie, bien sûr. Vous noterez que le ton est plus agacé.
Je vous dirai, bien sûr, si j’ai une réponse.

« Monsieur,
« Je vous ai écrit le 29 décembre dernier, sans réponse de votre part, à propos du sexisme d’un article de la Ville (ci-dessous). Je n’avais pas l’intention de vous relancer mais un second article de la même veine (et du même auteur ?) m’oblige à vous témoigner mon indignation, aujourd’hui sans pointe d’humour tant la récidive rend ce sexisme insupportable.
« Je désigne ici l’article « Au cœur du premier centre pour réfugiés à Paris » publié le 25 novembre 2016 et remis en une hier via la page Facebook de la Ville.
« Cette fois il s’agit de Lucille, bénévole ; je ne ferai pas de remarque sur le seul usage de son prénom sans doute lié à une volonté d’anonymat que la publication de sa photo dément pourtant. Je vous cite par contre le passage qui me semble tout à fait inacceptable. « Chemisier à fleurs, pantalon de velours rouge, ses joues sont rosies par le froid car Lucile se déplace en Vélib’, «plus pratique et plus rapide». Jeune fille solaire au visage rayonnant et souriant, ses pieds sont solidement ancrés dans la réalité. »
« Il est inutile d’argumenter.
« Par ailleurs, je vous signale que ingénieur dispose d’un féminin, ingénieure, et vous renvoie aux recommandations officielles en matière de féminisation des noms de métier qui date de… 1999. le téléchargement est gratuit, il n’en coûtera donc rien à vos services d’appliquer ces consignes à part, sans doute, un renoncement que j’imagine difficile aux attributs lexicaux de la domination masculine.
« Pour votre information, j’ai pris l’initiative de publier ce matin sur l’un de mes blogs mon mail du 29 décembre resté sans réponse.
« Je ferai de même pour ce mail dans les prochains jours. Si vous décidiez de me répondre, j’en informerai également mes internautes.
Je vous souhaite une excellente journée !
« Cy Jung, écrivaine »

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>