Manque @7

Buche cocotteCet été, il m’est arrivé une chose devenue assez rare pour que je la relève : j’ai éprouvé du désir pour quelqu’une de chair et d’os. Je crois en avoir déjà parlé en Hétéronomie (où ?) mais, effectivement, la chose est devenue rare, mon désir sachant par contre poindre à la moindre écriture érotique ou lorsqu’un rêve éveillé me plonge dans ce qui m’est chair. C’est parfois un peu frustrant, j’en conviens, surtout quand la nuit arrive et qu’il fait un peu plus froid dans l’appartement. Au réveil, le lendemain, le sentiment de solitude s’envole en même temps que j’enfile mes runnings pour un déroulé comme je les aime.
Mon désir, donc, s’est réveillé cette fois pour une fille « en vrai » que je connaissais depuis quelque temps avant de la croiser de nouveau de manière plus répétée. La désir est monté petit à petit, comme ça. À notre dernière rencontre, j’ai cherché à ne rien trahir même si je me sentais émue ; j’avais envie de laisser venir. Ce n’est pas trop mon genre. Alors, forcément, un soir j’ai pensé lui faire un mot pour provoquer une rencontre. L’idée m’est venue alors que je marchais à vive allure la musique dans l’oreille gauche. Paris était à moi. Je traçais en remontant vers le soleil, portée par le son, le rythme, et le désir. Un régal ! Je ne sais pas jouir les mains dans les poches mais j’ai senti que j’aurais pu.
Le jour tirait à sa fin. Il a emporté avec lui mon idée de faire un mot. La jouissance passée, j’ai entrevu les conséquences d’une relance ; assouvir mon désir, peut-être ; devoir gérer une « relation » si c’était le cas. Je peux bien sûr coucher sans lendemain ; je l’ai fait à une époque de ma vie. Là, j’aspire au calme, à l’équilibre, à la sérénité et les affres du désir ne collent pas avec ça. Sarah m’a dit un jour qu’elle était au début d’une relation : « Seule, je sais faire ; j’ai envie d’essayer à deux. » J’y pense souvent. J’ai bien sûr envie que l’on m’aime, que l’on me berce, que l’on me choie… et réciproquement. Mais l’idée de devoir construire cela me peine d’avance car je sais ce à quoi je devrais renoncer.
C’était le sous-titre de la Cocotte enchantée : « Peut-on choisir sans renoncer ? » Je n’ai pas envie de renoncer à ce que j’ai construit ces cinq dernières années, à l’équilibre (forcément fragile) qui me tient debout, qui me fait chanter en descendant du bus, me fait sourire à mes tours et au soleil du jour, pas envie de renoncer à la liberté qui gouverne mes journées, au temps dont je dispose pour aimer mes amis, pour partager mes engagements, pour écrire, exister. Non, je n’ai pas envie de renoncer. Peut-être me rétorquera-t-on qu’il ne s’agit pas de cela. Je ne peux y croire tant il me semble inconcevable de vivre quelque chose avec quelqu’un sans lui faire une place.
Pour tout dire, j’aime bien ces rencontres qui n’ont pas vraiment eu lieu. Cela me permet de rêver toutes les versions, les plus cinématographiques, les plus littéraires, les plus délicieusement impossibles. Merci à toi qui fort involontairement alimente mon imaginaire. C’est savoureux. Je ne renonce donc finalement qu’au plus compliqué et choisis en conséquence cette solitude qui me va bien, la musique au cœur et le pas léger. Et comme le dit Philippe Vandel sur France Info : « Jusqu’à preuve du contraire ! »

12 commentaires pour Manque @7

  • Isabelle

    Comme je te comprends…

  • Isabelle

    Y a quand même un truc bizarre dans ce billet : « qui me fait chanter en descendant du bus » : du bus ?! toi ?! vraiment ?!…

    • Cécyle

      C’est parce que j’avais rendez-vous avec toi. Je m’adapte ! 😉

      • Isabelle

        Caddie en est très heureux.

        • Cécyle

          Et moi donc !
          Vive l’amitié ! Au moins, c’est du solide.

          • Isabelle

            Ça roule !

    • vincent

      Ce n’est pas le bus,
      que j’ai retenu le plus

      (… c’était pour la rime… lol)

      • Cécyle

        Cela ne m’étonne pas que vous soyez poète ! 😉

        • vincent

          Je ne suis pas poète. Mais c’est vraiment très gentil de votre part de l’écrire 🙂
          Je suis aux anges 🙂

          • Isabelle

            Vincent, cela n’étonne personne non plus de la bande à Petit Mouton !

          • vincent

            :-*

          • Les Mouton et Petit Koala

            Grooooooos biiiiiisous Vincent po*èèèèèè*te !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>