Cliché @8

tee-shirtsJ’ai beaucoup de choses à écrire sur ma visite en Pologne. J’espère que vous aurez remarqué que j’essaie d’alterner les billets plus « futiles », pas dans l’importance du sujet (quoi que le prix de câpres), mais plus dans l’émotion que le sujet peut susciter. Je ne veux pas vous assommer d’horreurs. Mais cette horreur, elle est là. Je ne peux pas non plus vous l’épargner.
Un sujet futile, donc, pour ce matin. Ou presque.
« Fort comme papa », « Jolie comme maman » ; tels ont été floqués deux tee-shirts (un rose, un bleu, bien sûr) en vente dans une grande enseigne du Finistère (ici). L’énormité de ces inscriptions m’a d’abord fait sourire. Elles sont sexistes, à l’état pur, en ce qu’elles assignent à chaque sexe un rôle social précis, être « fort » pour papa, et « jolie » pour maman. Rien à dire là-dessus.
Par contre, l’article qui relate l’anecdote, contre le sexisme par un titre « Joli comme papa, forte comme maman » qui m’amène une question (même si je n’ai pu le lire en entier ; je me concentre sur le titre). N’est-ce pas tout aussi sexiste dans la mesure où cela assigne à chaque sexe un rôle précis, cette fois « joli » pour papa et « forte » pour maman ? Certes le « beau rôle » revient cette fois à maman si tant est qu’il ne soit pas également sexiste de considérer comme tel la force au détriment de la joliesse.
Verdict ? Inverser les rôles n’est pas déconstruire la domination masculine car cela n’interroge pas la catégorisation des personnes, encore moins ce qui serait socialement valorisant ou non. Et pour ma part, je n’ai envie pas d’être jolie ou forte, j’ai juste envie d’être.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>