Miam ! @10

MozzarellaJe suis toujours épatée par l’imagination de l’industrie agroalimentaire pour nous vendre des produits transformés les plus chers possible par rapport à la matière première. J’ai ainsi cru voir une publicité pour des billes de mozzarella fourrées à la purée de tomates, le genre de truc que l’on picore sans faim (sic) à l’apéritif. Ce n’est pourtant pas si compliqué de prendre une pique et d’y planter une tomate cerise, une bille de mozzarella et une feuille de basilic, même si la tomate cerise reste un non-sens potager et la bille de mozzarella une hérésie fromagère.
Je vous accorde que c’est un peu long et je fréquente trop peu les apéritifs pour affirmer que c’est faisable, ça et le reste, quand on a dix personnes à la maison. Cela m’arrive pourtant. Le dernier où je suis allée regorgeait de bouchées créatives (et délicieuses !) notamment une composition betterave cuite fromage frais qu’il faudra que je décline un jour en betterave crue. Il a dû être long à préparer, cet apéritif-là, mais il donnait l’impression d’une attention particulière, d’une tendresse même à recevoir (merci Delphine et Anne !), bien loin des apéritifs qui s’enchaînent en même temps que les bières et les préparations trop grasses trop salées trop sucrées qui savent si bien grever le pouvoir d’achat.
J’en reviens à la publicité que j’ai cru voir. Je n’ai pas retrouvé le produit ; par contre, en cherchant sur « mozzarella », j’ai découvert deux choses encore plus extraordinaires : on peut acheter des tomates mozzarella « toutes prêtes » (ici) en même temps qu’il existe un appareil exprès pour découper les tomates pour les manger avec de la mozzarella (). Sans doute qu’une tranche de tomate n’est pas la même pour la manger en vinaigrette ? Ma mère, qui m’a pourtant appris beaucoup de choses, ne m’en a rien dit. Elle m’a appris par contre qu’un couteau avec des dents est parfait. C’est vrai que les tranches sont inégales, autant que les tranches de mozzarella d’ailleurs (la découper bien fraîche avec un couteau affûté cette fois). Ah ! l’esthétique de l’assiette. Est-elle dans l’égalité des tranches ?
Je coupe donc une belle tomate au couteau, une demi-mozzarella, une pincée de poivre, quelques feuilles de basilic frais, une cuiller d’huile d’olive (aller deux !) Je mets le tout dans une boîte en plastique recyclable, je prends une fourchette et hop ! J’ai ma petite salade pour le midi*. Et ma tomate toute prête ? Elle trempe dans l’huile !

* J’ai la même recette mais à la place de la mozzarella, je mets du tofu aux herbes. Très diététique !

 

4 commentaires pour Miam ! @10

  • Salanobe

    Pourquoi trouvez-vous que la tomate cerise est un « non-sens potager » ?
    Ce que je trouve encore plus dingue, ce sont les plateaux de légumes tout coupés, râpés, tranchés, qui coûtent 4 ou 5 fois plus cher que les légumes à préparer.

    • Cécyle

      Parce que celles que nous trouvons à Paris en barquettes sont de purs produits markéting hors de prix. Mais bon, s’il en pousse dans votre jardin, j’imagine qu’elles sont bonnes ! 😉

      • Salanobe

        Elles sont très bonnes, les plants sont très productifs mais c’est vrai que les miennes ne poussent pas en barquettes. 😉

        • Cécyle

          Tout s’explique ! 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>