Va chez l’gynéco @31

Académie de médecineLe Parisien du 23 juin 2016 proposait un article « Homme-femme : vite, des soins adaptés ! » (ici) indiquant que les traitements ont des effets différents sur les femmes et les hommes pour de simples raisons de métabolisme. L’information vient de l’Académie de médecine qui demande que soit prise en considération cette différence métabolique des sexes dans les traitements. Qui en doute ?
L’article prend clairement position avec une question tendancieuse : « La demande d’égalité hommes-femmes, pilier de l’idéologie féministe, doit-elle s’appliquer à la médecine ? » « L’idéologie féministe »… Ouh là là ! Mais de quelle égalité parle-t-on ? L’article poursuit « L’Académie de médecine va plus loin, estimant que cette abstraction des différences biologiques qui domine aujourd’hui en France dans le monde médical, influencée par des courants féministes, est devenue un problème de santé publique dont les premières victimes sont… les femmes. »
« Abstraction des différences biologiques », « influencée par des courants féministes » ? Ouh là là, là là ! On veut des noms car il y aurait là non-assistance à femmes en danger. L’article prend un exemple : « Les maladies peuvent en effet se traduire par des symptômes différents selon les sexes. C’est le cas par exemple des maladies cardiovasculaires. L’infarctus du myocarde n’est ainsi pas ressenti de la même manière. Dans près d’un cas sur deux, les femmes ne sentent pas la forte douleur dans la poitrine, caractéristique de la crise cardiaque chez l’homme. Pour elles, les signes passent souvent inaperçus (nausées, douleurs dans le bas-ventre…). Le diagnostic est du coup plus tardif. » Et l’égalité des droits revendiquée par les féministes serait responsable de ce mauvais diagnostic ?
Il me semble que l’Académie de médecine se moque du monde : à ma connaissance, c’est la domination masculine qui néglige la santé des femmes depuis des siècles et non les revendications d’égalité qui touchent d’ailleurs la santé : nous savons toutes combien les pathologies « féminines » sont négligées, l’endométriose, par exemple ; nous savons aussi combien les mouvements féministes ont toujours été impliqués dans la santé des femmes, son accès « à égalité » et à des traitements adaptés.
Ah ! L’Académie de médecine, Christian, Emmanuel Alain, Daniel, Jean-François, Jacques… Un conseil d’administration pour La Barbe !

 

1 commentaire pour Va chez l’gynéco @31

  • Cécyle

    Mon lien est bon sur le bureau de l’Académie de médecine mais leur site est en rade !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>