Foot @11

EuroBien avant le début de l’Euro, la place du championnat (masculin) professionnel de football* dans les médias m’agaçait. Que l’on donne les résultats, que l’on retransmette les matchs, pourquoi pas : cela ne m’intéresse pas (trop de fric ; pas de sport) mais si « cela intéresse les gens », comme on dit…
Ah ! les fameuses « gens », celles que l’on invoque pour valoriser telle ou telle émission télé, le contenu d’un programme électoral, ou de la mise en valeur de tel ou tel produit à forte valeur ajoutée. En général, on ne mesure l’intérêt « des gens » ni qualitativement ni quantitativement qu’une fois la décision prise et bien rentrée dans le crâne à grand renfort de plans média.
Le football, donc, « les gens » en veulent. « Ils » sont contents que la compétition se déroule en France. « Ils » s’opposent d’ailleurs aux grèves, aux manifestations, aux poubelles pas ramassées voire à la crue elle-même (une tue-le-football de première) pour que LaFrance soit rayonnante pour que les touristes s’y pressent avant de protester devant leur trop bruyante présence.
« Ils » en veulent et « ils » en ont ; et comme les matchs ne suffisent pas, on les régale de commentaires qui certains soirs de l’Euro 2016 ont pris 80 % du temps des journaux de France info. Et comme ça ne suffit encore pas, on « refait le match » après qu’il ait lieu, mais aussi avant ! Très fort !
Et blablabla… blablabla… Il m’arrive d’écouter parce que je voudrais bien comprendre ce qui est dit ; peut-être que je passe à côté de quelque chose d’important ? Il semble qu’à force de parler, les commentateurs n’aient plus rien à dire et le discours produit n’a aucun sens. Quand j’étais petite, j’écoutais les retranscriptions des matchs des Verts sur Radio Monte-Carlo. Et je voyais le match à la radio !
Là, même pour décrire ce qui se passe sur le terrain, nos commentateurs ne disent rien. Ils préfèrent faire des blagues entre eux, exhiber leur savoir-football (« Fantastique ! Il vient de tirer comme Machin en 19… »), dire ce qui se passera selon le nombre de buts marqués, rappeler les palmarès… Point de jeu, donc. Quoi alors ?
Je ne sais pas ; le football n’est plus un jeu sauf à considérer qu’il est celui de l’ordre bourgeois, hétérosexiste et raciste au service de la consommation de masse et de l’abêtissement des peuples. Comme disait Arlette Laguiller, « on nous ment, on nous spolie » et le football nous asservit !
Vive la liberté ! Tous à la pétanque !

* J’utilise à dessein le terme de « football » pour bien le distinguer du « fooooot » de Petit Mouton qui est lui acte d’amour et de sagacité.

4 réflexions sur « Foot @11 »

  1. vincent

    Je préfère aussi le Foooooot au football 🙂

    Mais je suis content que l’équipe française ait gagné l’autre jour 🙂

    Je pense que le football féminin s’approche plus du Foooot de Petit Mouton, que du football de l’Euro 2016.

    Attendez… /oO\!
    On est en 2016 ??!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.