Extravagance parisienne @27

LotoJe me rends dans un magasin qui vient d’ouvrir récemment. Après avoir trouvé les produits que je cherchais, je vais du côté des caisses. Il n’y a quasiment personne. J’hésite sur la caisse vers laquelle me diriger, quand la caissière au bout de la rangée qui n’a aucun client m’incite à aller la voir.
On papote et elle me dit combien elle est contente d’avoir une cliente, car le temps semble bien long sans aucun client. De la difficulté de l’ennui au travail, l’extrême opposé de la souffrance à la trop grande charge.

2 réflexions sur « Extravagance parisienne @27 »

  1. vincent

    Les Outre-manches, voir Outre-atlantiques, appellent ça le bore-out.
    Souvent dû à une mise au placard d’une personne (ce qui n’est pas le cas dans votre billet).

    Répondre
    1. Isabelle Auteur de l’article

      Merci Vincent, je ne connaissais pas l’expression. L’ennui au travail est difficile à supporter. Les extrêmes sont les plus pénibles, être un peu occupé sans être surchargé est l’idéal…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.