Voiture @14

PollutionLe 13 mai dernier, la Ville de Paris a annoncé des mesures de lutte contre la pollution atmosphérique. Il s’agit de limiter la circulation en journée les jours ouvrés aux véhicules mis en circulation avant le 1er juillet 1997 ; des véhicules de vingt ans donc, très polluants par nature. Aussitôt, une association notoire d’automobilistes a lancé une action collective contre la Ville pour demander une indemnisation estimée (par l’association) à 1,08 milliard d’euros (le calcul est ici).
— Et ta sœur !
Caddie, on ne parle pas comme ça en Hétéronomie ce d’autant qu’il est inévitable qu’une telle mesure mette beaucoup de personnes dans l’embarras. On compatit, donc, et on ne sort qu’ensuite le couteau d’exercice.
— Kiai !
Allons-y Caddie !
Je trouve cette réaction d’automobilistes tout à fait scandaleuse moi qui viens de me voir prescrire trois mois d’antihistaminique pour cause d’allergie avérée à la pollution. Ceux-là ne seront-ils pas les premiers à retourner devant un tribunal si l’un de leurs proches meurt d’une affection directement liée à la pollution, arguant cette fois-là que la Ville n’aurait rien fait ?
Cette action collective rend cette association coupable de mise en danger de la vie d’autrui, soit les vingt millions de Franciliens qui voient leur santé atteinte par les échappements automobiles. Et que l’on ne me dise pas qu’il manque de transports collectifs. Il en manque, c’est évident. Il manque aussi une politique volontaire de réorganisation spatiale des lieux d’activités pour limiter les transports. Mais je n’ai jamais vu ces citoyens pollueurs manifester pour exiger de ne pas être obligés de prendre leur voiture ! Tout ce qu’ils veulent, c’est garder leur Klaxon.
— Pouet pouet !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>