Caviardage @8

Rheims 1Je suis allée à La Maison européenne de la photographie (Mep) avec une amie voir l’expo Bettina Rheims. L’expo occupe toute la Mep. Au premier, un espace est consacré à une série de photographies qui parlent de pornographie. Des femmes y sont représentées dans des postures qui évoquent cette représentation sexualisée si chère à la domination masculine (ci-contre). Cela ne me choque pas ; la pornographie peut me poser un problème politique ; sa représentation artistique appartient à la liberté de création.
Et personne, je suppose, ne contestera à Bettina Rheims d’avoir réalisé des œuvres de création. La qualité de son travail, pour sûr. Le privilège de la notoriété, également.
Tout au fond de la salle, nous remarquons une personne sortir d’un recoin. L’amie qui m’accompagne m’y entraîne. On passe une sorte de chicane, avec un mur qui empêche de voir de l’extérieur l’intérieur de cette petite salle où sont exposées quelques photos qui représentent des cunnilinctus entre deux femmes. Contrairement aux autres photos de cette série, elles n’ont rien de « pornographique », considérant que toute représentation du corps nu et des corps nus dans l’acte sexuel n’est pas forcément pornographique.
La différence ? À mon sens le désir que le photographe cherche ou non à solliciter. Là, on ne ressent aucune visée excitante. Et pourtant, ces photos sont cachées, mises au placard presque tant il ne manque qu’une porte pour que l’espace d’exposition en soit un. L’amie qui m’accompagne fréquente la Mep plus souvent que moi ; elle m’assure ne jamais avoir vu une telle mise au coin.
Je m’interroge. Qu’est-ce qui a fait la différence ? Le fait que l’acte soit consommé ? Je n’y crois pas une seconde. Une couple hétéro dans la même posture, ou même un couple de garçons, aurait sans doute été mis un peu à part, mais pas planqué comme cela. Des preuves ? Je n’en ai pas ; aucune autre photographie ne représentait deux personnes en train de pratiquer un acte sexuel. Et je ne peux pas parler de censure car ces photographies sont montrées, même si elles le sont a minima.

Rheims-2Rheims 3
Je conclurai donc juste que la Mep a un douloureux problème avec les femmes et les lesbiennes. Gageons qu’elle se trouve un bon thérapeute.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>