Ils @10

Carte électoraleQuand je suis allée voter le 6 décembre, j’ai présenté comme à chaque fois ma carte électorale à la table de décharge, celle où l’on récupère bulletins et enveloppe.
— Vous avez une pièce d’identité ?
— Oui.
— Vous pouvez me la donner ?
— Non. Je la réserve au président du bureau de vote.
Et c’est là que les ennuis ont commencé.
Je vous passe les détails mais je me suis heurtée à un mur de mauvaise information formé par les trois employés à la table de décharges, n’ai dû qu’à un moment de confusion de récupérer une enveloppe, puis à un autre mur de bêtise sécuritaire cette fois à la table de vote de la part du président (socialiste) du bureau et son assesseur (EELV). Ce même assesseur, que j’ai croisé deux jours plus tard, a été jusqu’à évoquer le nécessaire port de « gilet pare-balles » dans le bureau de vote. C’est dire !
Le mardi, j’ai écrit à la maire du 14e et au secrétaire général de la mairie pour leur indiquer ces mauvaises manières contraires à la Circulaire du 20 décembre 2007 sur le déroulement des opérations électorales des élections au suffrage universel direct reprise ici.
Le dimanche 13, je suis allée voter sans avoir obtenu de réponse de leur part. Pierre m’a accompagnée ; j’avais besoin d’un témoin. Même dialogue d’entrée mais cette fois, pas de confusion. Après quelques échanges, le jeune homme responsable de la table de décharge a appelé la mairie. Il a suffi qu’il dise « J’ai devant moi une dame qui me présente une circulaire de 2007… » pour qu’il soit interrompu par son interlocuteur, le secrétaire général adjoint de la mairie du 14e, et après quelques secondes d’écoute attentive me donne une enveloppe pour voter.
Ce jeune homme a ensuite très consciencieusement demandé à son interlocuteur ce qu’il devait faire avec les autres électeurs. Je n’ai pas entendu la réponse donnée mais Pierre, resté près de la table de décharge le temps que j’aille dans l’isoloir, m’a indiqué qu’aucune consigne n’a été donnée à la deuxième personne à la table de décharge et que les contrôles de l’identité des électeurs ont continué comme si de rien n’était. À la table de vote, l’accesseur (la même personne que la semaine précédente) qui tenait l’urne et à qui j’ai signalé l’incident a de nouveau témoigné son ahurissement devant le fait qu’un contrôle d’identité n’est pas nécessaire à la table de décharge. Le président du bureau était absent.
Pierre m’a fait remarquer une fois que nous sommes sortis combien il avait senti « un conflit de genre » ; il connaît très bien le secrétaire général adjoint, l’avait signifié au jeune homme qui tenait la table de décharge et ses quelques interventions d’homme à homme ont en effet permis à chaque fois de franchir un cap dans la conciliation. De ce sexisme ordinaire, je n’ai aucune preuve. Je n’en ai donc pas fait état au secrétaire général de la Ville et au juge d’instance que j’ai saisi trois jours après le second tour pour signaler ces manquements répétés à la loi. Et si ces deux-là ne répondent pas, j’écrirai au Conseil d’État, juge de l’élection. Il me devient totalement insupportable que ces personnes censées faire appliquer la loi restent indifférentes aux personnes leur signalant les manquements de leurs propres services. Mes droits sont imprescriptibles, qu’on se le dise !

7 commentaires pour Ils @10

  • Cécyle

    J’ai reçu hier une courrier du directeur adjoint de la Démocratie, des Citoyens et des Territoires qui m’indique : « J’ai rappelé à monsieur le directeur général des services de la mairie du 14e la procédure à suivre afin que ces faits ne se reproduisent pas. »
    Hi hi ! 😉

    • Isabelle

      Vive les fonctionnaires de la Ville 😉

      • Surtout les principalats !

        • Isabelle

          Ma chère Cocotte,
          Vous me touchez.
          Je vous embrasse fort,
          Isabelle

          • Chère Principalate,
            Vous savez sans doute le grave accident qui a touché la Cocotte, Petit Koala et Petit Mouton ont dû vous en avertir. Je lui transmets votre message que j’espère elle entendra.
            Bien à vous,
            Rosalie

          • Isabelle

            Chère Rosalie,
            Je ne sais pas si la Cocotte avait lu mon message avant son terrible accident. Nous sommes tous encore sous le choc. La bande me tiens informée. La sortie du coma plutôt bien passée nous a soulagés et nous revoir et relire notre chère Cocotte.
            Prenez soin d’elle, et de vous,
            Transmettez mes amicales bises à la Cocotte,
            Bien à vous,
            Isabelle

          • Chère Isabelle,
            La date de votre commentaire porte à considérer que non. J’ai essayé de le lui transmettre mais son esprit est encore bien embrumé. Petit Koala a fort gentiment fermé les commentaires du Blog pour éviter tout souci.
            Nous restons tous soudés autour de notre Cocotte. Votre prochaine visite avec la bande de Télégraphe lui fera plaisir (Petit Koala m’annonce le 3 mars) ; je tachera d’être là pour vous embrasser. Vous êtes tous de si merveilleux amis !
            A très bientôt,
            Rosalie.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>