Charité @17

TelethonJe n’aurais jamais cru un jour utiliser l’argument du blasphème pour m’indigner, ce d’autant que je défends le « droit au blasphème » à l’instar de l’Observatoire de la liberté de création (ici, par exemple). Mais trop, c’est trop ! Ma tour a été agressée, dénaturée, violentée, humiliée par les tenants de la charité privée sur fond de culpabilité et d’économie du handicap, instrumentalisés par une agence publicitaire, sans doute.
Regardez par vous-même ! N’est-ce pas là une atteinte à la triangulation tant le Téléthon est un piège à biftons qui n’a rien changé à la vie quotidienne des personnes handicapée depuis 1987 ? Normal ! Une fois l’an, quinze jours avant Noël, chacun se dédouane de son douloureux rapport en handicap en « finançant la recherche » sur fond d’images d’enfants en souffrance.
Voilà, c’est dit. Je n’aime pas ce grand moment de charité organisée, je n’aime pas que les pouvoirs publics délèguent la recherche fondamentale au bon vouloir d’associations dont les choix scientifiques sont forcément arbitraires, je n’aime pas que la représentation télévisée du handicap se limite à des « petits gn’enfants qui vont mourir », je n’aime pas que la vie quotidienne et la recherche appliquée soient reléguées à des questions secondaires. Et que l’on se serve de ma tour pour tout ça, ça me… ça me…
— Tranquille !
Oui, ma tour. Tranquille.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.