Archives quotidiennes :

Décroissance @38

Boite à livresCécyle m’envoie un lien sur un article intitulé Et si tout devenait gratuit… La journaliste évoque les « Boutiques sans argent, boîtes à livres, cafés “suspendus” pour le client suivant… » (tout est expliqué dans l’article), ajoutant « La culture du don se développe. Par solidarité mais aussi rejet du gaspillage. »
Outre l’illusion de gratuité du don déjà démontrée par René Girard, il est étonnant que la notion de « gratuit » soit ainsi valorisée. En effet, que l’on valorise le partage, la solidarité, le don n’amène pas forcément à considérer que « C’est gratuit. »
Dans le langage courant, ce qui est gratuit n’est pas bien recommandable : une affirmation gratuite, un meurtre gratuit… Un propos gratuit est suspect de ne pas être étayé, de ne pas participer d’une argumentation, mais de n’être qu’une prise de position arbitraire relativement à l’échange, une façon d’asséner et vouloir prendre le pouvoir en dérogeant aux règles de la dispute. Le meurtre gratuit renvoie au pur sadisme ou à la pulsion de destruction de l’autre. Tout cela sans compter les gratuits des lots des supermarchés que les clients (ou les producteurs) payent de toutes les façons au distributeur d’une façon ou d’une autre. La défense des droits d’auteur est un autre angle de critique de la notion de gratuité des productions et de travail gratuit qu’il induit, Cécyle le dit très bien.
Je me réjouis que le don, l’échange, le partage et le réemploi se développent, sans léser ce qu’il revient de payer à un moment ou à un autre en reconnaissance justifiée de leurs services.