Brosse @30

Well well well 2Pour son deuxième numéro, Well Well Well a décidé de rompre avec la règle de grammaire selon laquelle « le masculin l’emporte sur les féminins » pour l’accord des adjectifs et des participes passés ; cette règle est récente dans l’histoire de la langue française (XVIIIe siècle) ; avant elle, l’accord se faisait sur le dernier terme de l’énumération. Tout est expliqué dans le livre de Éliane Viennot Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin!, Petite histoire des résistances de la langue française (Éditions iXe) et dans cet article du Huffington Post (ici).
Je ne peux pas me faire une idée de l’effet que cela fait à la lecture (Well Well Well lutte contre le sexisme mais pas en faveur de la facilité de lecture pour les déficients visuels ; même si la police est jolie, elle est trop fine et trop petite) mais je trouve l’initiative intéressante. Pourquoi ne pas changer la règle puisqu’elle est sexiste (et édictée par sexisme), ce d’autant qu’il existait une règle antérieure qui ne l’était pas ? Je suis une grande partisane de la féminisation des termes de métier. Tout cela va dans le même sens.
Pour ce qui est de mon écriture, je ne sais pas si j’ai envie de m’y amuser. Le sexisme de la langue française m’a permis de construire (en réaction) mon style, notamment en matière d’écriture du désir lesbien. Cela n’est sans doute pas une raison suffisante pour ne pas lui tordre le cou. J’y réfléchis donc avec l’intuition que je m’y mettrai un jour.
Ceci étant, quand je suis arrivée sur le stand de vente de Well Well Well au Point éphémère le samedi 6 juin en tout début de soirée, une jeune femme a proposé à l’amie que j’accompagnais d’acheter un exemplaire. Elle a répondu qu’elle était là pour ça. La jeune femme a pris un exemplaire sur la table et, le lui tendant :
— Voilà pour vous, mademoiselle.
Mademoiselle ? Je me suis permis de lui rappeler la démarche antisexiste de Well Well Well et le fait que « mademoiselle » avait été supprimé du vocabulaire officiel suite à une campagne féministe (). Elle a accepté ma remarque avec le sourire.
— Des habitudes de langage…
Ah ! l’habitude. Quel lovelace (que je propose en masculin de « salope ») contre-révolutionnaire.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>