Vroum @9

PollutionLe pic de pollution vu de chez moi a donné lieu à un curieux spectacle. Accoudée à la balustrade, j’ai une vue sur la ville avec la tour Eiffel et les Invalides en amers remarquables.
Par temps de brouillard, je ne vois plus la tour, généralement seulement pour la matinée. Cette fois, la nappe de population qui a recouvert la ville couvrait aussi la tour. Le soir venu, je ne voyais toujours pas la tour, mais une lumière trouait la nuit. C’était le phare de la tour Eiffel, fidèle au poste et bravant l’étouffement de Paris.

4 réflexions sur « Vroum @9 »

  1. Cécyle

    Ah ! le phare d’Eiffel !
    Cet hiver, quand je passais le pont pour relier à pied Cité et Hôtel de Ville le mardi (une manière de réduire le temps de trajet de métro en augmentant celui de marche), j’ai repéré le phare d’Eiffel. J’en suis venue à le guetter à chaque fois et à sauter en l’air en criant « Youpi ! » à son passage. Autre forme de triangulation sous l’œil goguenard de Saint-Jacques, ma tour des voyages.
    Avec le jour, plus de phare mais je fais « Youpi » quand même ! Je ne vais pas me priver d’un tel plaisir ! 😉

    Répondre
    1. Cécyle

      Je passe sur le pont tout à l’heure, je porterai votre « Youpi ! » Attendez-vous à une émotion inattendue sur le coup de 18 h 15-20.

      Répondre
      1. Vincent

        L’Alsace est loin. On va voir si ça porte jusqu’à là 🙂

        Cela me fait penser à votre e-nouvelle (je crois) qui personnifiait les monuments de Paris.
        J’avais beaucoup aimé 🙂
        (pas uniquement pour la personnification… qui par ailleurs, me semble … très… réelle. Mais aussi pour le reste. Il faudrait que je la relise 🙂 )

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.