Va chez l’gynéco @29

BéquilleUne mauvaise béquille au judo et me voilà, trois semaines plus tard, obligée de faire une échographie (du mollet). Pour ne pas laisser traîner, je décide d’aller au centre privé d’imagerie le plus proche avec lequel je suis pourtant fâchée car je sais que les pratiques médicales y sont très commerciales. Les délais de rendez-vous sont très courts par rapport à l’hôpital. Le dépassement d’honoraire est en conséquence : 33,20 euros pour un acte à base de remboursement sécurité sociale de 37,80.
Au moment de payer, une des deux secrétaires dit à une dame.
— Il n’y a pas de dépassement puisque vous êtes à la MGEN.
Je réagis au quart de tour.
— Moi aussi !
— Oui, mais que la mutuelle. Si la MGEN gérait votre sécurité sociale, il n’y aurait pas de dépassement.
Elle m’explique ensuite que si je bénéficiais de la CMU, il n’y aurait pas de dépassement non plus. Mais je bénéficie de la sécurité sociale au titre de l’aide sociale… un vieux système que la CMU, plus avantageuse, n’a pas remplacé. Je me retrouve donc à payer ce dépassement alors que la MGEN agrée ce centre après avoir fermé le sien propre.
Autre chose ? Oui, pour ce prix-là, j’ai un joli sac en plastique, je dois communiquer moi-même les résultats à mon médecin et le radiologue qui signe la facture et le compte rendu n’est pas celui qui a pratiqué l’examen ! Comment je le sais ? Le mien était un homme… la signataire est celle d’une femme. J’en conviens, en ces temps de trans-branchitude, ce n’est pas complètement un argument, mais tout de même !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.