Va chez l’gyneco @21

HumeurMon coach santé sur tablette, celui qui m’a bien aidée à perdre cinq kilos, puis dix, onze aujourd’hui, a intégré à l’automne dernier une entrée « Humeur ». D’emblée, j’ai trouvé l’exercice intéressant, définir une fois par jour mon « humeur ». Celles que proposent le coach vont de « Excité » à « Triste » sur neuf degrés dans des intitulés qui ne me parlent pas toujours.
Je me suis donc d’emblée calée sur les couleurs, considérant le quatrième niveau de vert, juste avant le jaune, comme une humeur moyenne. Et chaque soir, avant de me coucher, je m’interroge sur mon humeur du jour.
C’est un exercice compliqué car une journée n’est pas faite d’une seule humeur, et celle à l’instant où je renseigne mon coach n’est pas forcément celle la plus significative du jour. L’exercice me porte donc à revenir sur la journée passée, à essayer de quantifier mon humeur moyenne. Au fil des jours, je me suis rendu compte que je distingue de plus en plus les événements du jour (positifs ou négatifs) de la réception émotionnelle que j’en ai. Ainsi, je mesure combien il est possible de gérer dans la bonne humeur une journée pourrie, et de se gâcher le plaisir sur une journée somme toute agréable.
Je tire ainsi de cette donnée un grand bénéfice car elle me porte à m’interroger sur ma manière de réagir, sur ma capacité (ou non) à faire la part des choses. Ce retour quotidien sur la journée passée me permet aussi de retrouver les instants manqués, de valoriser les émotions positives et de travailler les négatives pour limiter la récidive. Car le coach a sur moi un dernier effet inattendu : je n’aime pas que s’affichent du jaune, ou de l’orange (il ne m’est jamais arrivé de penser au rouge). Il ne devient pas rare que face à un événement négatif, je songe que cela va mettre ma journée hors du vert. Alors, je me pose, je respire, je cherche le ressort qui va remettre mon humeur à la hausse.
Méthode Coué ? Psychologie positive ? PNL numérique ? Qu’importe ! J’aime me rendre compte que je suis en train de faire une sale tête alors que je rédige un billet en Héteronomie au soleil de ce beau dimanche d’hiver avec un café et une délicieuse sucrerie chinoise. J’ai certes de bonnes raisons aujourd’hui de faire une sale tête. J’en ai aussi de savourer ce moment et sourire. N’est-ce pas plus agréable ainsi ?

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>