Regis @18

TeleramaJ’ai très exceptionnellement acheté Télérama qui aime en général ce que je n’aime pas, et réciproquement. Il y avait un article sur l’émission A vous de voir dans laquelle je parle de mes engagements féministes et LGBT et de déficience visuelle. Avant de faire circuler le magazine, je l’ai feuilleté et suis tombée sur un article très intéressant sur la laïcité, lala. J’en ai notamment retenu cette analyse de « l’historien et sociologue Jean Baubérot », que je ne connais pas.

« La confusion ambiante vient du fait que deux laïcités se sont superposées dans notre pays : « La première fonctionne de façon immergée, silencieuse : il s’agit de toute la jurisprudence issue de la loi de 1905, qui permet à chacun d’exercer sa religion dans le calme et la sérénité. La deuxième, émergée, bruyante, fait débat : il s’agit d’une nouvelle laïcité, très différente de celle de 1905. Alors que la loi de séparation assurait la neutralité de la seule puissance publique, celle-ci cherche à étendre la neutralité à la société tout entière. »

Moi qui ai toujours été très mal à l’aise sur la question du voile et du port de tout signe religieux « ostentatoire » dans l’espace public (les croix très voyantes et autres kippas m’ont gênée bien avant l’apparition des voiles musulmans), je me suis retrouvée un peu perplexe. Je n’ai ainsi jamais tranché la question du port du voile, laissant au législateur sa responsabilité, considérant que mon malaise manquait peut-être de fondements politiques pour qu’il se transformât en combat.
Ne trouvé-je pas dans cet article l’argument qui me manquait pour accepter que porter un « signe religieux » dans l’espace public ne fût pas contraire à la laïcité si tant est que ce port ne fût pas assimilable à du prosélytisme ? Si tant est que… Là est tout le problème, ce me semble. Autrement dit, les trois jeunes femmes tout de noir vêtues qui habitent au quatrième vivent-elles leur religion ou font-elles (délibérément ou non) du prosélytisme ? Je ne sais pas. À l’occasion, je le leur demanderai.

6 commentaires pour Regis @18

  • Salanobe

    Je ne comprends pas pourquoi le port de signes religieux poserait problème dans les lieux publics. Il me semble que ce qui est indispensable, c’est que la laïcité soit garantie en ce qui concerne les lieux et personnes assurant un service public.
    Si on veut imposer la laïcité aux espaces publics et à la société en général, il faut alors renoncer aux jours fériés catholiques, interdire le port du voile musulman et de la kippa, les statues de Vierge à chaque croisement, les croix sur les églises…
    Je préfère une laïcité qui garantit les libertés de culte plutôt qu’une laïcité qui essaie juste de gommer la surface et finalement entretient la gueguerre entre les différentes communautés.

    • Cécyle

      Votre position est sans doute plus raisonnable que la mienne.
      Je suis assez favorable à la suppression des jours fériés catholiques et chrétiens et leur remplacement par des jours qui n’ont aucun rapport avec la religion. Il ne s’agit pas d’expurger la société de ses « racines chrétiennes » ; mais, en l’espèce, ces fêtes me semblent justement un instrument de reprise en main de la société par la hiérarchie catholique (pour lutter contre l’islam, bien sûr).
      Pour ce qui est des vêtements, oui, j’avoue, le voile me pose un problème car je le ressens comme un symbole d’oppression des femmes. les croix visibles et kippas m’ont aussi toujours gênées car je les ressens comme un acte prosélyte. Mais vous avez raison, il n’en est sans doute rien et je vais devoir me faire à l’idée que l’expression individuelle de ses convictions religieuses n’est pas dommageable en soi.

      • Salanobe

        Je ne suis ni naïve, ni hypocrite : Le port du voile est un symbole d’oppression des femmes. Mais c’est un compromis qui me semble acceptable. Je préfère voir une femme voilée qui sort dans la rue ou qui travaille à l’extérieur de chez elle, plutôt qu’une femme confinée chez elle parce qu’elle ne peut pas porter le voile. Pour elle et pour l’exemple et l’éducation qu’elle donnera à ses enfants.
        Je crois qu’il faut lâcher les baskets aux musulmans tout en restant intransigeant sur les pratiques qui ne seraient pas conformes aux lois républicaines.

        • Cécyle

          Il y a malheureusement voile et voile. Les jeunes femmes dont même les yeux sont recouverts d’un voile noir qui viennent rendre visite à leurs parents dans mon immeuble semblent vivre confinées. Elles ne sont jamais seules. Si un jour j’arrive à en choper une (elles me disent toujours bonjour ; elles m’ont connue quand elles étaient enfant), je discuterai.

          • Salanobe

            Evidemment qu’il y a voile et voile et heureusement que le port du voile intégral est interdit dans les lieux publics. Ce n’est pas là une question de choix ou droits, il est un signe d’intégrisme, de soumission de la femme et de maltraitance et rien dans un pays devant assurer l’égalité de tous ses citoyens, ne peut le justifier ou l’autoriser.

          • Cécyle

            D’aucuns vous répondraient (pas moi !!) que le voile non intégral est la même chose… Ceci dit, vous et moi sommes d’accord, je pense, même si je suis encore un peu sur la réserve.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>