Charlie @4

CharlieQuand j’étais jeune étudiante en droit public, j’ai appris que nous vivions dans une « démocratie représentative », soit une démocratie où les électeurs votent pour désigner leurs élus et par ricochet celle et ceux qui les gouvernent. À l’époque, on ne s’interrogeait guère sur le fait de savoir si un médecin libéral à bonne fortune était légitime à représenter une ouvrière à temps partiel. On considérait que la masse des suffrages exprimés donnait la légitimité à nos élus, celle de gouverner selon une certaine ligne politique.
Petit à petit, en trente ans, cette idée s’est étiolée. Des femmes (pas toutes) ont réclamé la parité, exigeant d’avoir des représentantes au motif qu’il était illégitime que les hommes soient majoritaires à représenter le corps électoral composé de 50 % de femmes, que cela n’était pas « représentatif » de la population nationale.
Ce mouvement me semble avoir été le précurseur de cette idée aujourd’hui largement répandue selon laquelle nos élus doivent nous ressembler (être « représentatifs » donc) pour nous représenter. On constitue ainsi les listes de candidats en mettant 50 % de femmes (loi oblige) mais aussi un peu de « représentants de la diversité » en faisant attention que telle ou telle profession soit présente, telle « origine », telle religion, telle situation de famille, tel handicap, telle orientation sexuelle, etc. etc. Et les électeurs en redemandent, souvent très intéressés à ce que quelqu’un, sur cette liste, soit « comme eux ».
Cela pose une question dont les albinos de France (c’est un exemple) mesurent aujourd’hui toutes les conséquences : si un leader met sur sa liste aux municipales un albinos parce qu’il considère que seul un albinos peut représenter les albinos, parler des problèmes des albinos, trouver des solutions qui satisferont les albinos, et ainsi attirer les suffrages des électeurs albinos, alors quand un albinos assassine un non albinos en se prévalant de la supériorité de l’albinisme, ce sont tous les albinos qui sont identifiés à ce tueur car nous vivons désormais avec l’idée que représentation et identification ne sont qu’un.
Attention, je ne suis pas en train de dire qu’il faut renoncer à renouveler notre personnel politique en refusant l’accès aux albinos des mandats électifs. Je dis simplement qu’à le faire en valorisant l’identification, on fourbit les armes de celles et ceux qui veulent exclure les albinos ou toute autre « minorité ». Si par contre, on ouvre le recrutement avec l’idée qu’un balayeur sourd (voire albinos) est légitime à représenter une intellectuelle poliomyélite, alors, quand cette intellectuelle poliomyélite dira que sa soupe est meilleure quand elle la fait dans un jeune pot, Pascale n’aura pas besoin de se cacher des petits hommes verts quand elle ira acheter ses cigarettes.
Vous me suivez ? Non ? Ça doit être parce que vous être valide. Quoi d’autre ?

2 commentaires pour Charlie @4

  • Pascale

    J’adore ta dernière phrase : elle représente les pro-colonies ? 😉

    Pour les hommes verts sourds, ça m’embête un peu. Quand je les croises, je fais un brin de causette. Or, je ne connais pas la langue des signes (ce que je regrette, mais je n’ai toujours pas trouvé où l’apprendre sans devoir vider mon compte en banque…) et je suis nulle pour lire sur les lèvres.

    Bon, sinon,tu connais déjà ma position sur la soi-disant meilleure représentativité d’une personne concernée. Et pour ce qui est des handicapés représentés par des handicapés, on a vu ce que ça donnait, aussi bien au gouvernement qu’à la Mairie. Par d’autres c’est pas mieux, tu me diras :-).

    Tout dépend de la conception que la personne se fait de la « communauté » dans laquelle elle se reconnaît et de la latitude dont elle dispose au sein d’un gouvernement. Qu’elle se dise ou non appartenir à une « communauté », je pense que ça ne change pas grand-chose, tant cette communauté, quelle qu’elle soit, peut être diverse.

    Je crois qu’on manque surtout de gens qui réfléchissent avec autre chose qu’une planche à billets et cherchent à voir les implications à long terme de ce qu’ils proposent en fonction de toutes les données de base.
    Encore qu’ils existent, reste à ce qu’ils ne prêchent pas dans le vide. Amen 😉

    • Cécyle

      Je me doutais bien que l’on serait d’accord sur le fonds ! 😉 Il me fallait un cobaye, j’ai pensé à toi. Je suis contente que tu te sois reconnue ! 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>