Little miss Sunshine @5

Valérie TrierweilerLivresHebdo, la « bible » des professionnels du livre, a publié sur son blog un article fort intéressant sur la « politique d’achat » des bibliothèques à propos du livre controversé de Valérie Trierweiler. Cet article est ici ; il est en tous points remarquable car il me semble poser les bonnes questions.
Il m’a été signalé par la médiathèque Marguerite Yourcenar qui l’a partagé sur sa page Facebook avec ce mot d’introduction : « En ces temps propices aux bilans et réflexions sur l’année écoulée ; voici l’occasion de revenir sur certains choix. À Yourcenar, nous ne regrettons pas ! »
Je leur ai demandé en commentaire quel avait été ce choix en suggérant un débat plus général sur la manière dont sont opérés les choix d’achat. Voilà leur réponse. « Nous ne l’avons pas acheté. Nous allons réfléchir à un débat sur cette question, c’est une excellente idée. » Puis la mienne. « Sans doute que madame Trierweiler écrit moins bien que madame de Rabutin-Chantal et que la cour de Louis a plus d’intérêt historique que celle de François ? C’est ça ? »
Il n’y a pas eu de suite.
Vous aurez compris que je suis très intéressée par la question « La bibliothèque partage-t-elle le même monde que celui de la population ? » de LivresHebdo ; je n’ai pas forcément la réponse mais je constate, par exemple, qu’à l’instar de beaucoup d’auteurs communautaires (ce que je revendique volontiers), mes romans sont exclus d’emblée des bibliothèques qui considèrent (comme de nombreux libraires d’ailleurs) qu’un « roman lesbien » est par nature hors champ de la littérature. Ce jugement ne s’appuie sur aucune lecture et le seul argument que l’on ne m’ait jamais avancé a été « On ne prend pas ce genre de livre. »
« Ce genre de livre »… j’en ai certainement vendu plus que beaucoup de romans très respectables présents dans les rayons de ma bibliothèque. Mais les ventes ne sont pas un argument. Valérie Trierweiler en est la preuve. Quant à la qualité de l’ouvrage… Je n’en sais rien, je ne l’ai pas lu mais le dernier Peter Handke, que j’ai emprunté dans ma bibliothèque, m’est tombé des mains. Alors ? Qui sait si je n’aurais pas appris des choses sur l’amour et le pouvoir avec Valérie… Qui sait ?

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>