Souvenirs @5

BoudhakarathaiMon père est mort quand j’avais 23 ans. Je me souviens que les messages de condoléances m’avaient beaucoup heurtée. Je les avais trouvés pour la plupart convenus, artificiels, si éloignés de mon affliction. Dans le lot, une parole revenait souvent, celle indiquant un possible « partage de la peine ». Comment y prétendre ? Mon chagrin, ma souffrance, m’appartenaient — autant que je les considérais sans doute comme seuls légitimes — et qui osait se les approprier n’était qu’un usurpateur, ou quelque chose comme ça.
C’était il y a presque trente ans. Depuis, j’ai un peu grandi (juste un peu) et le décès récent d’un ami de mon père m’a permis de prendre conscience que ces mots-là n’étaient pas déplacés. Je n’avais pas vu Rachid depuis l’enterrement de mon père ; je me souviens avoir eu quelques contacts avec lui, par téléphone, sans en garder un souvenir impérissable. Ce n’était donc pas « un proche ». Et pourtant, j’ai écrit avec grande sincérité à sa famille que je partageais sa peine, et je remarque que je le dis souvent en circonstances identiques.
Par ces mots, il me semble exprimer à la fois le fait que cette souffrance, je la connais pour l’avoir vécue (j’ai vécu le décès d’un père) ; et je veux bien en prendre un bout, le porter jusqu’à mes tours, en prendre ma part avec l’idée que toutes ces petites parts mises chacune dans notre poche, cela rend le fardeau moins lourd. Je crois que c’est vrai, même si quand on est du côté de la lourde peine, on ne le ressent pas forcément.
Je l’ai éprouvé avec la mort de ma-Jeanine, tous ces voisins avec qui j’ai pu partager ma peine. On en avait tous un peu lourd dans les poches mais, à force de se le distribuer les uns aux autres, la peine est devenue plus légère, volant au gré du vent, vidant nos poches en y laissant la caresse du souvenir. Elle me manque toujours, ma-Jeanine, mais il s’est passé quelque chose encore : la grue SNCF s’est envolée ; joli radeau pour ma profuse (pas facile, la rime !)
La joie. Lanmou. Boudhakarathaï !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>