Fenêtre @12

La Banque postaleJe suis récemment allée voir ma conseillère financière pour transférer un peu de mon livret A sur une assurance vie, histoire de mettre un peu de sous de côté pour ma retraite. C’était une nouvelle conseillère. Elle a édité l’état de mes comptes et d’emblée m’a proposé une offre promotionnelle sur une carte Visa Premier. Je n’en ai ni les moyens, ni l’usage, mais elle ne s’en est pas inquiétée au préalable. J’ai décliné son offre, lui parlant de mon assurance vie.
Elle a plongé le nez dans son ordinateur puis une minute plus tard m’a proposé un produit financier avec un droit d’entrée correspondant à 25 % du montant total de mes avoirs. Il me fallait donc vendre des produits placés à long terme et le tour serait joué. Sans plus d’information, elle me vante la rentabilité du produit et commence à imprimer des formulaires. Je lui demande le montant des droits d’entrée, la fiscalité… Elle répond de manière très désinvolte, aucun souci, on va s’arranger.
Je pose alors une question fiscale assez précise et technique. Elle arrête ses impressions, tente de me dire que c’est sans objet. J’insiste. Elle prend son téléphone en m’indiquant qu’elle ne sait pas répondre, qu’elle ne veut pas donner des conseils erronés. Cinq minutes plus tard, la réponse à ma question tombe. J’avais vu juste en dépit du peu d’éléments fournis. Le produit ne m’intéresse pas. Elle est dépitée, insiste encore… et me conseille d’ouvrir un PEL sans me demander si j’ai l’intention d’acheter un bien immobilier.
Je la laisse faire, décline son offre. Elle me reparle de la carte Premier. Je décline. Elle revient sur le PEL. À aucun moment elle ne me demande la nature de mes ressources, quels sont mes projets, les raisons de mes placements. Elle tente encore la carte Premier. Je me lève, la remercie et dis que je vais réfléchir au PEL.
Arrivée chez moi, je raconte l’histoire à Isabelle. On regarde ensemble le site de mon banquier. Un PEL peut être intéressant. Je me laisse quelques jours de réflexion et décide d’en ouvrir un… en ligne, considérant que ma conseillère n’a mérité ni ma confiance, ni sa comm’.
— Bien fait !!
Caddie ! On ne dit pas ça…

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>