Régis @17

GuadeloupeParmi les histoires d’amour que j’ai vécues, il y en a certaines qui me laissent un goût d’inachevé, l’idée que l’on aurait pu faire mieux qui se double d’une certaine incompréhension sur le pourquoi du comment cela n’a pas fonctionné. Faute de comprendre, je ressasse, cherche la clé, suis attentive aux signes. Je me raconte l’histoire un peu en boucle et, souvent, ce sont les images positives qui viennent, les souvenirs heureux, l’espoir qui a pu naître, les promesses et les mots d’amour qui m’ont fait rêver. Plus prégnante devient alors la question : mais pourquoi ! Pourquoi cela n’a-t-il pas fonctionné ? Pourquoi ? Pourquoi ?? Pourquoi ???
Je tente alors de me concentrer sur les images négatives, ce qui m’a fait souffrir, ce qui m’a décidée à partir. Je m’y ancre mais rien n’y fait, ni le temps ni la mémoire de mes amies. Je me dis toujours et encore, que quand même, j’ai eu raison d’y croire, que quelque chose a dû m’échapper, que c’était possible, que le rêve était si beau… Oh ! Cela ne veut pas dire que j’ai envie de revenir en arrière, les mêmes causes produisant les mêmes effets ; je m’en suis déjà expliquée. Non, juste, je regrette de n’avoir pas pu mener l’histoire au bout. Au bout de quoi d’autre que ce qu’a été son terme ? Mes regrets sont un peu idiots, j’en conviens. Si l’histoire s’est arrêtée là, c’est qu’elle le devait. Ce n’est pas le déroulement de sa perte que je regrette, c’est plus le projet de vie qu’elle incarnait.
Et puis, le temps passe… Rien n’y fait jusqu’à ce matin où, allez savoir pourquoi, une image surgit, une image toute simple. Mon cerveau ne produit que très rarement des images mentales mais cela arrive. C’est d’autant plus exceptionnel que celle-là vienne, une image toute simple, efficiente. Elle est là, chez moi, assise sur mon lit un ordinateur sur ses genoux, je la regarde, elle ne me voit pas. Je lui parle. Elle ne répond pas. Cela a été la cause profonde de mon départ cette fois-là. Mon sentiment d’un manque profond d’attention, d’un amour dont je ne sentais pas l’expression. Tout se trouve dans cette image. C’est maintenant elle qui m’obsède. Mes regrets se sont évanouis en même temps qu’elle est venue à ma conscience. Mon espoir s’est évaporé. Pchit !
Mais tout ce même cette question. Pourquoi maintenant ? J’ai la sensation profonde que quelque chose s’est passé, là-bas, que l’image m’a été transmise pour me dire que non, décidément, le rêve était vain. Mes tours ? Je vais aller leur demander.

 

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>