Bigleuse @50

Logo handicapUne copine judoka a partagé avec nous sa joie d’être embauchée dans une nouvelle collectivité locale pour un poste plus intéressant que celui qu’elle occupait. Elle devra mener deux gros projets d’aménagement urbain (ZAC). Elle nous a fait des gâteaux pour fêter ça, et pour donner plus de détails à tous, un mail. J’ai répondu avec cette formule de fin « N’oublie pas les bigleux, y a pas que les PMR ! »
Le lendemain, elle m’a remerciée de mon message en me disant « Les malvoyants font partie des PMR… mais bref, j’y penserai ! » Moi, PMR ? Mais il n’en est pas question, ce d’autant que la majeure partie des aménagements « handicapés » concernent exclusivement les handicapés moteurs, sans beaucoup d’égard pour les autres (sensoriels et mentaux). Et puis, c’est bien connu, il y a une « concurrence des handicaps », chacun militant pour sa chapelle.
Je m’apprêtais donc à lui envoyer une réponse de type « Que nenni ! Es ist ein Scandal ! »… et me suis ravisée à temps ; ne devais-je pas vérifier si elle avait raison ou non ? J’ai dans l’idée que Joëlle est consciencieuse dans ce qu’elle fait et elle parle là de son métier. Alors…

« Les personnes à mobilité réduite sont définies par le décret du 9 février 2006 qui reprend la directive 2001/85/CE du Parlement et du Conseil européens du 20 novembre 2001. Cette définition inclut l’ensemble des personnes qui éprouvent des difficultés à se déplacer, de manière provisoire ou permanente. Il s’agit de « toutes les personnes ayant des difficultés pour utiliser les transports publics, telles que, par exemple, personnes souffrant de handicaps sensoriels et intellectuels, personnes en fauteuil roulant, personnes handicapées des membres, personnes de petite taille, personnes âgées, femmes enceintes, personnes transportant des bagages lourds et personnes avec enfants (y compris enfants en poussette) » (Ce texte n’est plus en ligne sur le site du ministère, 12 juin 2017).

Elle avait donc raison… J’en suis marrie.

2 commentaires pour Bigleuse @50

  • Pascale

    Tout ça pour ne pas appeler un chat un chat et pour faire plus court dans la paperasse administrative et autre.
    Moi m’en fous, je suis pas PMR non plus, je suis crabe UFR na !
    Ils ont oublié dans la liste les poussettes Formule 1-Caddie qui me font raler 😉
    Vu le texte, je me dis que l’autocollant que j’ai cru être une erreur dans le bus n’en est peut-être pas une…
    Et toujours vu le texte, compte tenu de la vastitude de la catégorie des PMR (leur liste ne présente que des exemples), je trouve que le nombre de places en tout genre qui leur sont réservées est bien chiche.

    Maintenant, dans ce fatras, il faut que tu nous trouves le texte qui régie l’ordre des priorités, parce que j’ai pas envie de me retrouver avec une femme enceinte, plus la poussette du précédent gavée de courses, plus le touriste avec ses grosses valoches sur les genoux dans le bus ou dans le train 😉

    Ce que je vois surtout, c’est que la France a adopté la définition européenne, mais n’a jamais été fichue d’en tirer les conclusions dans ses aménagements, soit concevoir tout selon la conception universelle, c’est-à-dire, accessible à tous, quel que soit le problème de PMRitude !
    Avec à terme, l’objectif de supprimer la classe PMR car elle n’aura plus aucune raison d’être.
    Mais, heu, ça je crois que ni toi qui compte vivre vieille ni moi n’auront jamais l’occasion de le voir, ou alors dans une vie ultérieure…

    • Cécyle

      Je te confirme que les UFR existent au moins à la RATP. Ton honneur est sauf ! 😉 Ils deviennent des UF à l’Institut de veille sanitaire. Je ne vois guère d’autres références.
      Merci pour les explications sur la législation européenne et son introduction chez nous. C’est clair qu’il y a du boulot !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>