Archives quotidiennes :

Déo @12

sexyÀ l’occasion de ma revue de presse pour Media-G.net, je croise cette phrase de AnnaLynne McCord rapportée par Direct Matin (1er juillet 2014) : « Les femmes ont le droit d’être sexy sans être violées. » J’ignore qui est AnnaLynne McCord (une « star », j’imagine) mais ma réponse vient aussitôt : « On n’a pas besoin d’être sexy pour êre violée. »
J’ajouterai que, même si l’intention de la dame est louable, le fait d’associer « sexy » et « viol » est un cliché qui ne sert pas la cause des femmes. Le viol est un crime qui objectivise les femmes ; c’est une arme de guerre dans les pays en guerre, mais aussi dans les pays en paix car il place les femmes, toutes les femmes, quels que soient leur âge, leur corps, leur condition sociale, dans une position de victime potentielle qui leur rappelle, justement parce que le viol n’a pas de victime toute désignée, que le mâle domine, qu’elles en sont ontologiquement l’objet.
Et j’ajouterai encore que vouloir que les femmes soient « sexy » est une autre forme de coercition machiste. Ce qui est défini comme « sexy » est culturel, social : c’est aussi un mode d’objectivation, avec le consentement des femmes, cette fois. Dans une société débarrassée de la domination masculine, l’envie d’être « sexy » existerait-elle encore ? Pas si sûr…