Bigleuse @47

Plaquette déclaration de handicapLe dernier courrier que j’ai reçu du ministère que j’ai récemment quitté concernait la place du handicap, plus précisément des handicapés, dans la fonction publique. Un courrier explique la démarche et l’importance de la déclaration de handicap, avec le formulaire ad hoc et une plaquette. Celle-ci est présentée par les services du Premier ministre, les ministères de la Justice et des Libertés, de la Défense et des Anciens Combattants, de la Culture et de la Communication.
La jolie plaquette en couleurs est un dépliant en quatre parties. L’intérieur présente trois parties de témoignages de personnes s’étant déclarées sur les thèmes « Ma déclaration, une part d’acception ! », « Ma déclaration, une prise de décision ! », « Ma déclaration, une solution ! » et une partie « Mon avis de manager ! » L’essentiel est de montrer que les handicapés sont reconnus comme des travailleurs ayant légitiment leur place dans le monde du travail.
Huit handicapés témoignent. Leur fonction est indiquée, ce sont majoritairement des agents d’exécution. Sept ont accepté qu’il y ait leur photo. Certains témoins, surtout des femmes, apparaissent dans un ou deux thèmes, avec une photo différente à chaque fois. Les photos sont jolies avec des personnes souriantes, rien n’est dit ou montré sur le handicap de chacun, les témoignages dédramatisent, interrogent, sont touchants. Bref, il n’y a pas de misérabilisme ou de stigmatisation par rapport au handicap. Une des témoins dit elle-même « Je ne me voyais pas comme handicapée parce que je n’étais pas en fauteuil. » Reste que le premier aperçu est l’écrasante présence féminine. Six témoins handicapés sur huit sont des femmes. Dans la partie manager, il y a six témoins, sans photo, dont l’un, Patrick, intervient deux fois : quatre sont des hommes. Dans toutes les parties, aucun prénom n’est épicène.
Il est peut-être difficile de trouver des volontaires, même dans les services du Premier ministre et les trois ministères concernés. Toutefois, photos, prénoms, tout participe à un message subliminal : les handicapés sont majoritairement des femmes, alors que les managers sont des hommes. Pas de stigmatisation, vraiment ?

2 commentaires pour Bigleuse @47

  • cloudine

    Super sympa : dans un 1er temps, on ne naît pas femme, on le devient –
    Dans un 2ème temps, on naît femme, on naît handicapée.
    De toute façon, tant qu’on restera à la traine des bonshommes, on sera diminuées intellectuellement et physiquement.
    D’un autre côté, on trouve les pervers narcissiques parmi les petits chefs manageant : mal incurable qui ne fait pas de la personne un handicapé social.
    A force de se bouffer la queue, le serpent ne devrait plus en avoir.

    Bonus + : Attention ! les stigmates sont la propriété exclusive d’un bonhomme ! 😉

    • Cécyle

      On ne va tout de même pas mettre en valeur un manager handicapé femme ! Quelle piteuse image pour l’ordre patriarcal ! 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>