Vérité syndicale @12

0790-cecyleMon amicale de locataires avait sollicité auprès de notre gérante une « visite propreté », le travail de l’homme de ménage laissant souvent à désirer. La visite passée, je croise une locataire qui a vu notre petite troupe (la gérante, le gardien, le chef de l’homme de ménage, ma présidente et moi-même) et voulait savoir ce que nous faisions là.
— Nous faisions une visite ménage, il n’est pas bien fait…
— Tu trouves ? L’homme de ménage fait ce qu’il peut, il est découragé. Dès qu’il nettoie, c’est sali dans le quart d’heure. Et puis, il est assez âgé. C’est difficile…
Oui, c’est difficile, il est en effet âgé, démotivé et nos locataires crachent et urinent dans les parties communes, déposent dans les escaliers des pipes à eau et des bouteilles d’acétone, des mégots, traînent des sacs-poubelle qui fuient, jettent leurs papiers par terre…
— Tu as raison. Mais notre bailleur a un contrat avec une entreprise qui doit faire le ménage que nous payons sur nos charges. Il ne s’agit pas d’accabler cet homme dont chacun a reconnu les difficiles conditions de travail mais changer l’eau de son seau, utiliser du produit, respecter ses engagements ne me paraît pas une demande abusive.
La discussion a continué. Cette locataire n’était pas d’accord, défendant l’homme sur des arguments que je ne pouvais qu’entendre. Mais qu’en est-il de mon droit de locataire qui paie ce ménage dans ses charges de vivre dans un endroit correctement entretenu ? Autrement dit, comment peut-on concilier le respect dû à ce travailleur et le respect de mon cadre de vie ? Je ne sais pas.

Note : C’est assez rare qu’il y ait de l’urine sur mon palier ; je suis sortie de chez moi prendre la photo et j’ai mis les pieds dedans. Voici donc une « exclu » en Hétéronomie ; heureux ?

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>