Commémoration @10

Rouget de Lisle chantant La Marseillaise pour la première fois à l'hôtel de ville de Strasbourg ou chez Dietrich en 1792 (Pils, 1849).

Rouget de Lisle chantant La Marseillaise pour la première fois à l’hôtel de ville de Strasbourg ou chez Dietrich en 1792 (Pils, 1849).

Le 27 avril dernier, je suis allée dans ma mairie célébrer la Journée nationale du souvenir de la Déportation. Nous étions à l’intérieur pour cause de pluie, dans le hall. Dépôt de gerbes, sonnerie « Aux morts », discours, portes-drapeau… Tout y était… sauf la Marseillaise ! Alors que la cérémonie se terminait, la dame qui la réglait nous indique au micro qu’un problème de sono nous prive de Marseillaise. Incroyable !
Je suis un peu au fond, près de deux dames d’un certain âge. L’une s’indigne !
— On peut chanter !
L’autre acquiesce. Un brouhaha se forme. Je lance, plus fort :
— On peut la chanter !
Petit silence. Les deux dames me regardent. Je compte, comme à la chorale…
— Un… deux…
Et à trois, je lance, d’une voix forte :
— Allons z’en-fants de la pa-triiiieeee…
Les deux dames me suivent ; puis d’autres. Et d’autres encore. À la fin de la première strophe, j’en ai la chair de poule et la voix qui tremble un peu. Je mène le chant. Une vingtaine de personnes suit le rythme, la tonalité. Pas un ne chante faux et, sur le refrain, le ton monte encore, l’émotion est à son comble. On s’arrête. On s’applaudit. On s’embrasse. Les dames me remercient.
J’en ai encore « la chair de poulette » ! Cette Marseillaise était si belle, si chargée de sens. Citoyenne ! Elle m’a replongée il y a trente ans dans cette grange d’un petit village de l’Hérault où un ancien combattant de 14-18 et 39-45 (oui, les deux !) se faisait remettre la Légion d’honneur, avec une Marseillaise qui m’a fait comprendre le sens de ce chant, bien loin du « sang impur », un chant pour la mémoire, un chant pour la République, un chant pour celles et ceux qui se sont battus au péril de leur vie pour la liberté, pour l’égalité, pour la fraternité.
Vive la République. Vive la France. Vive la Paix… et vive l’Europe, le 25 mai, dans les urnes aussi !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>