Lesbienne @11

Paris pride 2000Parmi les clichés autour des homosexuels, surtout les garçons, il y en a qui touchent la musique. Techno-dance ou opéra ? Et l’on imagine volontiers que ce sont ceux qui écoutent de l’opéra qui se marient (quel joli cœur est mon esclave !) alors que les adeptes de la techno-dance seraient plutôt versés sur la fête. Ah ! Les fêtes et boîtes de pédés… Sacré mythe qui nous met de si délicieuses plumes dans l’…, au moins dans l’idée que les hétéros s’en font.
Eh bien, je crois tenir la preuve que vraiment ces clichés n’ont pas lieu d’être. J’ai trouvé, par hasard, dans le bac « dernières acquisitions » de la bibliothèque Vandame un double CD « Paris Pride 2000 » en me demandant comment les guérilleros anti-Djendeur n’avaient pas déjà mis la main dessus. À force de chasser le poil, ils en oublient que le pédé est imberbe, sauf s’il est bear, bien sûr… je m’égare.
Donc, magnifique double CD ! Et les années 90-00, c’était de sacrées années de fête, non ? Vote du Pacs, meilleur contrôle de l’épidémie du Sida, sortie de Cul nu, courts érotiques avec une magnifique introduction d’Isabelle… Que du bonheur ! J’écoute donc, avec l’idée que cela va mettre du baume à ma matinée de travail. Et là… comment dire ?
Je ne suis pas allée à un mariage depuis des lustres (le siècle dernier, je pense) mais ce CD me paraît tout à fait conforme à la sélection musicale que l’on y trouve, danse des canards en moins ! Tout était donc bien en germes : le fameux « esprit de fête » d’hier n’était que la prémisse des soirées dansantes mariage d’aujourd’hui (Y a même Mecano, pour les filles ! Redoutable !)
Je n’ai plus qu’à espérer que mes courts érotiques soient la prémisse de mes nuits de demain… Qu’est-ce que ce serait chouette !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>