Clé @9

GuadeloupeIl est parfois des expériences sensibles qui me troublent sans que je n’aie la clé du mystère, comme ce papillon qui est venu hanter ma cuisine. Mon séjour en Guadeloupe m’en a valu une autre, que je n’explique pas plus.
D’abord, le contexte général. Je ne suis pas allée dans ce pays me dorer sur la plage, chacun s’en doute. J’y suis allée vivre mes émotions. Je pensais y être dépaysée, fortement, mais je me suis sentie « chez moi » d’emblée, les paysages m’étant familiers et tout ce que j’ai pu découvrir m’a paru s’imposer comme existant déjà en moi. Je n’identifiais pas ce que je voyais, entendais, mangeais, sentais, éprouvais, mais cela allait de soi et je n’ai pas eu le sentiment d’être en terrain véritablement inconnu.
Dans ce contexte, je me suis retrouvée à grignoter de la canne à sucre au retour du marché. J’en avais mangé une fois, quand papa en avait ramené d’un séjour à Madagascar. C’était… au début des années 70. Il avait ramené un panier tout en hauteur rempli de fruits exotiques. Mes premiers fruits exotiques ! Litchis, mangues… d’autres dont je ne me souviens pas, et canne à sucre. Ce panier avait une drôle d’odeur, ça je m’en souviens, pas très agréable, un peu comme le rayon fruits de chez Tang à certaines saisons.
Et la canne à sucre. Je la grignote, assise sur le siège passager dans une voiture qui roule sur une route de Guadeloupe et là ! Je me souviens d’un rêve, fait il y a quelques mois, où je grignotais de la canne à sucre dans une voiture en mouvement. Quel rêve ? Je cherche dans ma conscience. Je ne trouve pas ; mais je sais que j’ai fait ce rêve et qu’il était plein d’autres ingrédients que la canne à sucre sans que je ne sache lesquels. Depuis, je cherche ce qu’il y avait dans ce rêve non pas parce que je le crois prémonitoire, juste parce que le sucre qui coule sur mon menton dit autre chose que du sucre sur mon menton.
Quoi ? Peut-être que le papillon savait… Il est venu se coller dans mes jambes pendant que je faisais la vaisselle et… Oui. J’ai écrasé le papillon. Mais je ne crois pas qu’il soit mort. La Guadeloupe n’est-elle pas l’« Île papillon » ? Et la canne alors ? En corrigeant ce billet, j’ai trouvé une jolie coquille : « canne à suivre ». D’accord. Je suis. Je vous dirai où cela me mène, si jamais je le sais un jour !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>