Cuisine @11

VacancesÀ force de m’interroger sur l’amour, j’ai décidé de m’y résoudre et de passer outre, pour une fois, mes peurs… peurs de bigleuse d’être en pays étranger (au sens large, lieux, personnes, modes de vie) ; peurs d’amoureuse de… de… souffrir ? Oui, peur de souffrir. Mais ne souffré-je déjà pas dans l’immobilisme et le déni ?
Quand vous lirez ce billet, je serai donc en route pour prendre un avion (un 747, moi qui préfère les Airbus) avec l’intention de passer en douce un crochet en plastique (acheté via Internet une misère en Chine) pour me détendre durant le vol. Je vous (me) rassure. Je ne pars pas bien longtemps et Isabelle, Petit Mouton, Petit Koala, Plaidounet et Poussette de compétition veillent sur le blog pendant que mon site, lui, sera en sommeil.
Quant à mon cœur… il vient avec moi, À l’autre bout du monde.

10 réflexions sur « Cuisine @11 »

  1. salanobe

    Même si vous êtes déjà partie, je vous souhaite un excellent voyage, à vous, votre cœur et au crochet chinois (Bouuuuh !) Je trouve que c’est une bonne idée de se résoudre à l’amour !

    Répondre
  2. Locks971

    Se résoudre à l’amour… Moi aussi j’aime assez l’idée… Comme dans re-solution, se remettre en jeu, se remettre en solution, s’y résoudre, littéralement… Se résoudre soi dedans… Se résoudre dans l’amour… S’y résoudre… Oui, j’aime l’idée et ses implications.
    Buen viaje 😉

    Répondre
    1. salanobe

      Alors, si je peux me permettre un avis qui n’est pas un conseil (Je m’en garderais bien dans une discipline aussi complexe que l’amour) : Résolvez-vous avec plaisir mais jamais complètement ! Il faut toujours garder un peu de matière indépendante.

      Répondre
      1. Cécyle Auteur de l’article

        Vous pensez bien Salanobe qu’aliener ma liberté est inconcevable ! Et je me résous à l’amour en bon indépendantiste. Cela tombe bien, je suis en terre à libérer 😉

        Répondre
          1. Cécyle Auteur de l’article

            C’est un plan de Petit Mouton et Caddie. Ils se sont mis en tête de prôner l’autodétermination des peuples de football. Quelqu’un leur a dit : le foot, c’est pas que l’Italie, c’est partout là où les peuples sont opprimés par le système neo-colonial. Ils n’aiment pas le business, tu le sais. Et ils se sont dit qu’en libérant les peuples, ils allaient libérer le foot de l’argent. Pour l’instant, c’est un plan secret. Je leur donne un coup de main, ils ne savent pas comment faire la révolution.

    2. Cécyle Auteur de l’article

      Je te confirme que la résolution, déjà dans ce que l’équation permet, valait le déplacement ! 😉 Quant à ses implications… Elles se trouvent en effet dans ce que l’on peut incarner, être. Et rien n’est figé. Alors, comme les étoiles, continuons notre révolution !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.