Agit-prop’ @8

EELV 14J’ai accompagné Sylvie L., l’autre matin, pour une « action de campagne » : la venue dans un café de la rue Daguerre, haut lieu de l’action politique parisienne, d’une égérie déchue mais néanmoins active militante. Son nom n’a pas d’importance. Ce qui en a plus, à mon sens, c’est qu’elle est arrivée une bonne demi-heure en retard et qu’elle n’a pas pris la peine de faire le tour de la petite vingtaine de personnes présentes avant de s’asseoir à la place qui lui avait été désignée, ni de saluer le cafetier, et encore moins les autres consommateurs présents.
Sur le retard, Sylvie L. m’a dit, que quand même, vu la carrure de la dame… J’ai compris plus tard qu’elle avait remonté à pied la rue Daguerre ; et c’est vrai que cela prend du temps de faire la tournée des popotes. Sur le fait de saluer son auditoire… C’est vrai qu’elle s’est fait un peu « embarquée » dès son arrivée ; il fallait qu’on l’assoie (à cause de son grand âge, peut-être ?) Mais elle pouvait très bien s’y dérober, et faire le tour des personnes présentes dans ce café avant de se livrer au jeu de l’échange amical.
Après un court propos liminaire de notre tête de liste locale, la dame a parlé quelques minutes et s’est livrée au jeu des questions. Je ne me souviens pas de la première ; la deuxième, posée par le deuxième de liste, un garçon très engagé dans les municipales donc, concernait… les européennes ! Il a donc été question de pêche en eaux profondes, sujet très local (ah ! ça, on aime tirer le chalut par chez nous), avant que la dame ne ramène l’échange sur les municipales, l’engagement…
— Il est important d’être éthique, dans ce que l’on fait.
Dire bonjour, par exemple ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.