Cuisine @9

Cuisine créoleDepuis que Petit Koala a les codes du blog, on s’amuse bien ! On va jouer au foooooooot dans les tuyaux ; c’est très rigoloooooooooo. On fait des billets aussi… Et à force de se promener dans l’admine, Petit Koala a trouvé comment créer un mot-clé, vous savez, ces mots que Isabelle et Cécyle mettent sur chaque billet pour leur classement thématique. Alors, on s’est amusé à en créer un. On vous explique.
Comme nous, vous avez remarqué que Cécyle s’intéresse beaucoup à tout ce qui est « noir » depuis quelque temps. Elle apprend le créole, elle lit Césaire et elle parle de racisme, de discrimination, de système de domination. Avec la bande, on a dû lire tous les livres d’Isabelle pour comprendre tous ces mots nouveaux mais là, grâce aux piments, on peut exactement vous dire de quoi il s’agit ! Cécyle s’intéresse aux noirs parce qu’elle a reçu un nouveau livre de cuisine et qu’elle veut tenter toutes les recettes !
Nous, nous sommes d’accord : venant tous les deux de l’hémisphère Sud, les affaires d’épices, ça nous connaît. En plus, on est arrivé en France en soute alors, même si on a été affranchis dès notre arrivée au pays des Droits de l’homme, on sait bien ce qu’est l’esclavage ! Cela dit, on a réussi grâce à Caddie à récupérer le livre et, vous n’allez pas nous croire, dans ce livre de « Cuisine créole », on trouve des cannelés ! Oui, des cannelés… (Hum, c’est bon les cannelés !) Alors, c’est sûr, on y met de la vanille et du rhum, dans les cannelés, et c’est une production locale, la vanille et le rhum. Mais les cannelés, c’est quand même une spécialité bordelaise dont on attribue la création à des religieuses au XVIIe ou au XVIIIe.
Alors, on vous le demande et toute la bande aussi : comment elles ont eu de la vanille et du rhum les nonnes ? Sur l’autel pendant l’Eucharistie ? Eh bien, non. Isabelle nous a expliqué que Bordeaux était alors le premier port négrier de France. Sale affaire ! Et comme on trouve que quand même, ce n’est pas très gentil pour les millions d’Africains morts pendant l’esclavage et encore aujourd’hui au large de Lampédusa de faire croire que le cannelé de l’oppresseur est une spécialité de l’opprimé, c’est le mot-clé que l’on a choisi avec la bande pour signaler les billets qui parlent de nos origines et des violences institutionnelles faites aux peuples.
En Hétéronomie, la domination masculine blanche hétérosexiste et raciste ne passera pas ! Foi de Petits Océaniens.

 

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>