Extravagance parisienne @6

pimentsAprès m’être lancée dans l’apprentissage du créole (je manque cruellement de pratique pour progresser !), j’ai décidé de tenter de nouvelles saveurs (je parle cuisine, forcément). À côté de chez moi, il y a une dépendance de la fameuse grande épicerie chinoise de Paris, je m’y fournis déjà en fruits, légumes plus ou moins connus, épices et condiments. Je demande souvent des conseils à Pascale pour qui l’exotisme n’a plus de secrets depuis longtemps et, à force de piocher des conseils et idées ça et là, je fais mes propres « compositions exotiques » sur fond de curcuma, épices colombo, cumin, gingembre, cannelle, sauce soja et autres excentricités…
Pour cette fois, j’avais reçu en aide un livre de cuisine ad hoc et décidé de tenter un ragoût de patates douces. Dans les ingrédients, il me manquait la feuille de bois d’Inde et les « piments végétariens »… Je n’ai pas trouvé la première mais, pour les seconds, j’avais l’embarras du choix ; je savais juste que les fameux piments sont doux et la photo du livre les représentait plutôt ronds. J’ai tourné un peu et choisi les plus jolis. Ils s’appelaient « piments martiniquais » ; je suis plus versée sur l’île d’à côté, mais entre voisins…
Arrivée chez moi, j’ai eu l’idée de goûter lesdits piments avant de m’en servir. Goûter ? Ce n’était pas forcément très prudent. J’ai donc pris un couteau d’office, ai fait une entaille dans l’un d’eux et porté la lame à mes lèvres ! Ouh !! Ça déchire l’exotisme ! J’ai senti le feu sur les lèvres bien une heure avec cette question : mais que vais-je en faire, de mes piments ?
Renseignements pris (j’ai mes sources, on l’aura compris), j’ai choisi les piments les plus forts. Si je décidais de les conserver dans l’huile, je devais les manipuler avec gants et lunettes, en prenant le risque que l’huile soit si pimentée que j’avais peu de chance de m’en remettre. Le plus raisonnable était donc de les mettre au compost du jardin partagé. J’ai résisté mais c’est ce que j’ai fait. Le seul truc que j’ai oublié, c’est de prévenir les souris qui parfois nichent dans notre compost… Pauvres souris ! Quant aux limaces et autres vers… Ils n’ont qu’à se mettre au créole !

13 commentaires pour Extravagance parisienne @6

  • salanobe

    Curry, coriandre, fenugrec, tandoori…

    • Petit Mouton

      Ooooooooooooh ! les pauvres souris !

    • Cécyle

      Je peine à donner de la saveur avec le curry… Fenugrec ??

      • salanobe

        J’adore le curry ! Le fenugrec est apparemment la traduction française de helbah en arabe. Je ne connais son utilisation qu’en graines dans les plats marocains. En particulier dans la r’fissa mais ça ne va pas vous dire grand-chose non plus. C’est très fort, il ne faut pas croquer les graines et elles ont une saveur chaude mais pas piquante.

        • salanobe

          C’est d’ailleurs depuis que j’ai fait de la r’fissa pour un repas de famille/ amis, que depuis mes invités me demandent ce que je fais à manger, avant d’accepter.

  • salanobe

    Mais non Petit Mouton, ne t’inquiète pas. Je suis sûre qu’elles vont apprécier. Les soirées commencent à être fraîches, ça va leur donner un coup de chaud !

    • Petit Mouton

      Aaaaah ! Tant mieux. C’est vrai que je suis content de ma p’tite laiiiiine 😉

  • Pascale

    Le fenugrec, j’en ai des graines. Pense à m’en demander la prochaine fois. Je ne sais pas trop comment on les utilise en cuisine (je sais qu’il faut les griller ou les tremper dans l’eau avant de les utiliser, c’est tout), Je les utilise quand j’ai la crève. On met quelques graines dans un bout de tissu, papier, peu importe, on triture, et on respire (même principe que les sacs de lavande). Ça dégage, et j’adore l’odeur.
    La plante se mange aussi, mais je n’en ai jamais eu entre les mains.

    • salanobe

      Dans les plats en sauce marocains, on peut mettre des graines dans un infuseur à thé par exemple, le temps du mijotage, pour pouvoir les retirer avant de servir.

      • Cécyle

        Je prends tes graines, Pascale, pour goûter et je mettrai dans une gaze (je fais ça avec l’anis étoilé dans les bouillons).
        Merci pour vos conseils à toutes les deux !

    • Isabelle

      Pascale, je veux bien quelques graines pour me dégager le nez quand nécessaire…

  • Pascale

    Attention, je ne fais pas de trafic 😉 mais ça va, il n’en faut pas beaucoup pour se shooter. Je t’en garderai quelques graines aussi Isabelle.
    Et, merci Salanobe, je fais déjà ça avec le poivre et les graines de coriandre. La prochaine fois, j’y ajouterai du fenugrec pour tester.

    • Isabelle

      Oui, merci ! Je pourrais passer les prendre en voisine 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>