Incyclicité @10

AssimilDepuis quelques mois, il n’est pas rare que la ville de Marseille fasse la une de l’actualité suite à une fusillade, un braquage, un règlement de compte. La presse et la classe politique s’émeuvent de la situation. Des ministres se rendent sur place. Des renforts de police sont annoncés. Des débats sont organisés. La délinquance pourtant ne baisse pas. Alors on recommence, les crimes, les ministres, les policiers, jusqu’au moment où des voix se lèvent pour dénoncer la surmédiatisation, pour dire que Marseille, c’est bien autre chose que cette violence, et que point trop s’en faut, et que…
C’est à cet instant que l’on découvre qu’à plus de six mille kilomètres, un autre département français vit dans la violence quotidienne, récoltant au passage la palme du plus criminogène de France. La presse s’empare de l’info ; le gouvernement exprime sa détermination, sans débloquer de « moyens supplémentaires », cette fois, mais avec la relance d’un plan de récupération des armes vieux de quelques mois. Et d’un coup, on ne parle plus de Marseille : la Guadeloupe passe à la une et devient le symbole de la violence galopante.
C’est chouette, non, que l’État français s’intéresse à l’un de ses territoires que d’ordinaire il néglige ? Je m’y intéresse bien, moi qui l’ai ignoré cinquante ans durant ! Oui, ça a l’air chouette, comme ça ; car on peut espérer que derrière ce coup de projecteur sur la sécurité, l’État français va s’intéresser à la situation économique, sociale, sanitaire, écologique, humaine de ce territoire qui en a sacrément besoin. On peut espérer… Mais je crains que l’on ne parle aujourd’hui de la sécurité en Guadeloupe uniquement pour donner un peu d’air à Marseille.
Qui est la prochaine sur la liste ? La Corse, sans doute… Et si Taubira déplaît encore à Valls, la Guyane, peut-être. Et la Corrèze ? C’est où, ça la Corrèze ? Aux Pays-Bas ? Au moins…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.