Pauvres enfants ! @19

NappeVoici longtemps que l’on ne m’avait pas servi si beau sexisme sur un plateau.
Ci-contre, deux pages au départ en vis-à-vis dans un catalogue de VPC. Il est ici question de nappes, torchons, tabliers et autres textiles de cuisine. Trois personnages, une femme et deux petites filles. Jusque-là, cliché sexiste que trop banal. Là où cela prend une autre dimension, c’est quand on remarque que le tablier de la dame est assorti à la nappe. C’est-y pas joli tout ça ?
— Dis chéri, tu m’offres un tablier assorti à la nappe ? Je serai si belle que je me livrerai à toi sur un plateau…
Je passe à la page d’à côté où se trouvent les petites filles qui font des crêpes. Il faut s’y mettre jeune, c’est sûr… Mais, si je ne vous ai mis que celle de gauche sur la photo, c’est pour que vous puissiez bien voir que le bandeau dans ses cheveux est lui aussi assorti à la nappe.
— Dis papa, tu m’offres un bandeau assorti à la nappe ? Je serai si belle que je…
Oh ! non.
Pauvres petites filles.

2 réflexions sur « Pauvres enfants ! @19 »

  1. Cyrille

    Depuis la fin des années 80 s’affirment de plus en plus les caractères masculins et féminins avec tous les travers qui en découlent dans notre société. Pourquoi cette tendance ? Sans doute par réaction aux années libertés 70′, sans doute pour des raisons commerciales, sans doute par peur d’une perte des genres, sans doute pour rappeler une sexualisation des rôles sociaux de chacun ou son contraire, sans doute pour de multiples autres raisons. Ce qui me désole c’est que, comme les mots, les images véhiculant des représentations, l’identification est de plus en plus prégnante et on en oublie de regarder l’autre autrement qu’à travers les codes qui nous sont imposés. Elle, il, sont comme ça… c’est normal. Et ce normal me désole aussi car il est nous replie sur nous-même. Comme il est déjà difficile de se tourner vers les autres, en tous les cas pour moi, ces mattracagues incessants nous font oublier que l’autre et nous-même sommes plus complexes que nous paraissons, et que aussi compliqué que cela soit, ce qui est intéressant c’est l’autre !

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Depuis la fin des année 80 ?
      Cette datation me surprend beaucoup. Car il me semble que les caractères masculins et féminins sont exacerbés à toutes les époques, même s’ils changent en fonction des époques car ils sont le propre de la domination masculine qui domine le monde depuis bien longtemps.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.