Couperet @4

Why ?On nous prépare « une bonne guerre ». Vous avez remarqué ? Pour ma part, je ne comprends pas grand-chose de ce qui se passe en Syrie mais je remarque que l’histoire se répète.
Je récapitule : un pays au régime totalitaire pur produit de la décolonisation et de la Guerre froide, pays riche en ressources naturelles ; des décennies de « compromis » géopolitique indiquant que chacun (entendre les dictateurs des pays concernés, les pays du Nord dont la Russie, et leurs multinationales) y trouve son compte ; une montée du radicalisme musulman en réponse à la paupérisation des populations locales et au mépris de leur identité ; une pression économique des pays émergents ; des soulèvements populaires armés, pour plus de démocratie et de justice sociale sur fond de retour à des « valeurs ancestrales » qui camouflent un totalitarisme religieux ; une guerre civile ; des massacres, des réfugiés ; une indignation légitime des peuples du Nord qui supportent mal qu’on leur serve trop de corps d’enfants déchiquetés par les balles et les bombes au 20 heures ; de beaux discours sur le « droit d’ingérence » ; un soupçon (qui s’avérera plus ou moins fondé, plutôt moins que plus) d’utilisation d’armes chimiques ; des présidents qui ont besoin d’affirmer leur virilité ; une crise économique qui réclame que le peuple soit occupé à autre chose qu’à sa propre situation… Afghanistan ; Irak ; Syrie ; Libye… et tant d’autres conflits moins « médiatiques ».
Et bientôt, forcément, un nouveau 11 septembre… Boum !
Peut-être serait-il temps d’arrêter la spirale. Non ? Comment ? En disant non, pour commencer. Et en changeant le monde, juste après… Il faudra du temps, c’est certain. Et combien de morts, encore ? Beaucoup. Toujours trop ; mais si j’avais l’ombre d’une conviction que la guerre qui se prépare est de nature à éviter ces morts, j’y appellerais. Mais l’histoire me dit que l’objectif de cette guerre n’est tellement pas d’arrêter la spirale de la violence que je dis non.
Non à cette « bonne guerre ».
Non.

3 réflexions sur « Couperet @4 »

  1. Cyrille

    Le concept de « bonne guerre » est peut-être à rapprocher de « guerre juste » voir de « guerre justifiée ». Au Moyen-âge, l’Eglise a développé ce concept pour justifier les croisades et expliquer pourquoi il était bon de tuer. Il en de même dans l’Islam avec le concept de « Jihad ». Aujourd’hui, laïcité et sécularisation aidant, nos gouvernements occidentaux justifient la guerre à l’ONU : un pays enfreint le droit international, il est donc juste de lui déclarer la guerre. Une bonne guerre, une guerre juste, une guerre justifiée : et les populations dans tout ça ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.