Mariage @23

ChristopheJe suis allée lire La tragédie du roi Christophe (Aimé Césaire) à quelques encablures du tombeau de Napoléon. Le lieu a sans doute son importance dans ce qui va suivre.

Acte II, scène 4.

CHRISTOPHE, aux paysans

Messieurs, j’en apprends de belles sur votre compte. Les rapports que je reçois m’indiquent que vous n’êtes pas marié, que vous êtes des coureurs.

HUGONIN

Oui. Majesté, ces messieurs courent à droite, courent à gauche, sans rime ni raison… Ce sont des fornicateurs, Majesté ! C’est épouvantable. Des fornicateurs !

CHRISTOPHE

Compris. Autant dire des conspirateurs. Eh bien, il faut que cela cesse. Notre État a besoin d’un gîte stable, et il n’y a pas d’État stable sans famille stable, pas de famille stable sans femme stable. Je ne veux pas que mes sujets courent comme ça, braguette ouverte, comme des sauvages.
Alors, j’ai décidé que vous vous marieriez illico.
Hugouin, je vous charge de la moralité publique.

Ô Césaire, qu’est-ce que je t’aime ! Vous vous rendez compte ? Ce texte a été écrit en 1963 (belle année !) ; et il affirme le plus simplement du monde que l’ordre (celui de Christophe, paroxysme de tous les systèmes d’ordre) a besoin de la famille comme moyen coercitif (puisque les « fornicateurs » sont des « conspirateurs », rien moins) et il marie ces hommes de force (avec des femmes, qui elles ne sont pas, rien n’en est dit, des fornicatrices) pour asseoir son pouvoir. Et moi qui tente de dire cela aux homosexuels qui ont couru vers le Pacs (ici) et maintenant vers le mariage () sur les arguments de l’amour et de l’égalité des droits ! Quand je pense au nombre de fois où je passe pour une féministe archaïque… Que n’ai-je lu Césaire plus tôt ?
J’imagine que ce n’est pas ce point que les lectures de Césaire ont reconnu et j’ai lu que, dans ce passage, c’est l’aspect moral qui a plus retenu l’attention, alors qu’ici le politique, tel Christophe, est roi. Dommage. Dommage aussi que les femmes n’aient pas eu plus de place dans la contestation de l’ordre que les réserves de madame Christophe. Mais je m’en moque. Je tiens désormais un si bel allié ! Bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.