Extravagance Parisienne @4

0663-cecyleSamedi 27 juillet 2013 est sans doute un jour historique dans ma vie : pour la première fois, j’avais rendez-vous avec une femme noire. Oui, pour la première fois, à cinquante ans, un mois et vingt-huit jours. Et pourtant, je vis dans un pays où il y en a des femmes noires ! J’en côtoie même, quelques Noirs, dans ma vie quotidienne, au judo notamment, certains m’étant très chers. Il y a aussi madame G, qui habite mon immeuble, que j’embrasse toujours avec grand plaisir (elle a des joues étranges, madame G, toutes rondes, très douces ; j’en raffole). Mais j’ai beau réfléchir (en espérant n’oublier personne !) : non, vraiment, jamais je n’avais eu un rendez-vous avec une femme noire dans ma vie privée.
De là à conclure que je participe activement à la ségrégation latente en vigueur dans notre pays, il n’y a qu’un pas que forcément je me dois de franchir, mais sans honte personnelle ; par contre, mon engagement politique en prend pour son grade ! Ceci étant, je regrette ce manque de diversité dans mes fréquentations. Je n’ai guère de solution pour y remédier, ne serait-ce que parce que dans le monde associatif LGBT que je fréquente, peu de personnes noires sont actives. Que faire alors ? D’abord, saluer ce blog qui m’a permis cette rencontre, et la cultiver. Car en plus, c’était une belle rencontre ! Merci.

5 réflexions sur « Extravagance Parisienne @4 »

  1. Locks971

    C’est compliqué de faire partie de plusieurs minorités à la fois. Souvent, lorsqu’elles s’entrechoquent, c’est pour devenir minorité dans la minorité. La question pour une femme noire lesbienne est peut-être de savoir laquelle de ces deux situations est la plus épanouissante : être minoritairement noire dans une majorité lesbienne blanche, ou être minoritairement lesbienne, dans une majorité noire hétérosexuelle, avec dans les deux cas tout ce que cela peut apporter comme inconfort (c’est un euphémisme !) ?
    Heureusement, quelle que soit la direction dans laquelle votre vie vous emmène, au final, les deux situations sont suffisamment ouvertes l’une vers l’autre pour ne pas avoir de sentiment d’irrémédiabilité. En tout cas pour moi. 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.