Charité @11

Petit JudokaIl y a quelques années, Cécyle m’a donné une clé USB offerte par son club de judo. La clé est cachée dans la tête d’un judoka. Alors que je veux l’utiliser après plusieurs mois sans en avoir eu besoin, voilà qu’une jambe de ce valeureux sportif me reste dans la main. C’est la jambe droite, celle que je me suis abîmée au judo, ça, c’est de la solidarité !

19 réflexions sur « Charité @11 »

  1. Cécyle

    Je l’avais oublié Petit Judoka !! Zut ! Je n’aurais peut-être pas dû. Il aurait, qui sait, gardé sa jambe, et toi ton croisé antérieur… Je vais bientôt ouvrir une officine de pensées positives si cela continue ! Tu crois que je peux embaucher Petit Mouton et la bande en contrats aidés ? 😉

    Répondre
    1. Isabelle Auteur de l’article

      J’ai bien rangé Petit Judoka dans sa boîte et ferai bien attention lors des prochaines manipulations, promis ! 😉

      Répondre
    2. Cécyle

      Tu connais l’histoire de Marraine (celle de maman mais on l’appelle ainsi, c’est ma grand-tante) et de ses bulgommes ? Je la raconte au cas où ; je crois que Petit Mouton ne la connait pas.
      Marraine a une très jolie table de salle à manger. Huit places. Des rallonges. Un bois de valeur… Elle en prend donc soin. Dessus, elle a posé un vieux bulgomme. Sur le vieux bulgomme, il y a un bulgomme neuf, puis une nappe courte et enfin, une nappe qui ne casse pas trois pattes à un canard. Cette table existe depuis 50 ans ! Et elle est toujours aussi belle. Mais personne ne l’a jamais vue…

      Répondre
      1. Isabelle Auteur de l’article

        Oui, je connaissais l’histoire de la table, mais je l’ai lue à Petit Mouton.
        Petit Judoka est dans sa boîte d’autant que c’est plus pratique pour ranger la clé, car sinon, avec ses rondeurs et ses bosses, il se casse la gueule (toujours par solidarité avec moi).
        Ne t’inquiète pas, il prendra l’air. Je dois notamment prévoir son opération de recollage de jambe !

        Répondre
      2. Petit Mouton Auteur de l’article

        Pourquoi tu veux casser des pattes aux canards ??? Ils sont copaiiiiiiiins ! Ils m’aident à aller dans l’eau ! Bouuuuuuuuuuuuuuuuuuh !!!!…….

        Répondre
          1. Petit Mouton Auteur de l’article

            Ça j’ai compris, la violence, c’est teeeeeeeerible, quand il y a conflit, on s’abîme les pattes. C’est pour ça que j’aime que l’amouuuuuur.

          2. Petit Koala Auteur de l’article

            Petit Mouton, elle n’a pas écrit conflit, mais confit. C’est quand on fait des confitures, sans doute qu’on casse les pattes pour tout rentrer dans le bocal. Mais, je sais pas les pattes de quoi, car je connais pas de fruits avec des pattes, ou alors c’est un truc qu’on appelle comme ça parce qu’il y a plein de fruits poilus, donc qu’ont du poil aux pattes.
            Ça doit être un truc du Béarn. Je note, on se renseignera à la fête de l’asperge.

          3. salanobe

            C’est ça, Petit Koala. C’est quand on fait de la confiture avec Jacques et Jojo (soixante-dix kilos). On reste debout pendant des heures pour couper et épépiner les pastèques et du coup, ça casse les pattes (les nôtres). C’est une expression béarnaise, qui veut dire que quand on fait la confiture, on a les jambes en compote.
            Vous voyez Cécyle que ça ne dégénère pas du tout ! 😉

          4. Petit Koala Auteur de l’article

            Ah ! Merci Salanobe !!! Je n’étais pas trop loin alors, j’suis content.
            En tous les cas, on en apprend des choses, c’est chouette l’Hétéronomie. Le Béarn aussi c’est chouette, il se passe plein de choses sympas, bien plus que dans les ventes privées 😉
            Mais, y a pas de chaises chez Jacques et Jojo ? Vous aimez bien être debout par là-bas, et je parle même pas des bergers sur échasses des Landes qui sont encore plus à la verticale !
            Bon, je crois qu’on découvrira quand même plein de choses à la fête à l’asperge.

          5. Cécyle

            Ouf ! Tout est bien qui finit bien, dans les asperges ! On ne peut trouver meilleur épilogue ! 😉

        1. Cécyle

          Petit Mouton que j’aime. Tu as déjà vu un canard ? Cela a deux pattes. Donc quand on dit « casser trois pattes à un canard », on dit une chose impossible, puisque si on les cassait, on ne pourrait en casser que deux. Tu me suis ?
          Je ne sais pas comment on est glissé sémantiquement (un jeu très rigolo !) jusqu’à vouloir désigner ainsi une chose insignifiante ; peut-être la troisième patte qui n’existe pas, justement.

          Répondre
          1. Petit Mouton Auteur de l’article

            Mais pourquoi on dit pas casser la troisième patte à un canard ? Et s’il y en a qu’ont trois pattes parce qu’y sont handicapés ?
            Si tu dis que ça va ma Cécylou, je te crois, mais c’est compliquééééééééééé !
            Pis, quand même, c’est pas gentil.

          2. Cécyle

            Salanobe et Petit Koala t’ont tout expliqué. J’espère que tu es rassuré.
            Quant aux canards handicapés, on les appelle plutôt des « canards boiteux » car justement, ils n’ont qu’une patte, et pas trois. Remarque, à trois pattes, on doit pouvoir boiter aussi. Tu as raison, c’est bien compliqué tout ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.