Manque @3

J’ai parfois des propos contradictoires sur ma vie sentimentale, les manques que je peux ressentir, mes désirs et mes envies, mon idéal amoureux et personnel (les deux peuvent-ils se confondre ?) Aujourd’hui, je dirais que je suis célibataire et qu’il m’est de plus en plus rare d’aspirer à ne plus l’être sans pour autant renoncer à vivre les aventures qui se présenteront (vous notez le futur et non le conditionnel, jusqu’au bout de ma phrase…), ni exclure véritablement de rencontrer quelqu’une avec qui les choses seront simples, d’emblée, et avec qui le bout de chemin sera source de vie, torrent de joie, lalala…
Mon désir d’une autre s’apparente les bons jours à un désir de rencontre, de partage, un désir de vie et de sexe, et les moins bons jours au désir d’une moindre solitude. L’un et l’autre surgissent comme par inadvertance, le premier plutôt quand je me sens très bien, quelquefois quand la vie me paraît un peu longue et sans saveur. Le second est plus rare mais, forcément, apparaît toujours quand je suis fatiguée ou triste.
L’autre soir, par exemple, en rentrant du judo, le désir de retrouver quelqu’une dans mon lit m’a meurtri le cœur et tiré quelques larmes en plein pique-nique dans le métro. Il était pourtant bon le cake salé de cet ami qui fait de si bons cakes salés… ! Car meurtrie, je l’étais déjà par un gros coup de genou assorti de 80 kg en phase de chute dans le pli de l’aine (rien de grave juste très mal), et le mélange de douleur et de peur m’a donné envie de me couler dans les bras d’une autre qui aurait su me consoler, me bercer, me chérir et me faire oublier toutes mes douleurs.
Cela colle si mal à cette relation empreinte de désir à laquelle j’aspire ! Je n’étais pas très sexy, à ce moment-là… Il ne me reste guère de solutions pour gérer le dilemme. Éviter les coups ! Et me délecter des tranches de cake…

14 commentaires pour Manque @3

  • Je connais une petite histoire à propos d’un chêne et d’un roseau…
    Celle-ci s’accorde bien avec le judo étrangement, gérer la force et la souplesse, où baisser la tête n’est pas toujours un signe de faiblesse.
    Ainsi, avoir besoin de se lover dans des bras protecteurs peut aussi avoir un côté sexy 😉

    • Cécyle

      Certes… Mais peut-on être sexy uniquement dans le regard de l’autre ? Autrement dit, si soi on ne sent pas telle, est-il acceptable (possible à soi-même) que l’autre nous éprouve ainsi ? Je ne suis pas sûre…

      • salanobe

        On ne se sent pas sexy sans raison. N’est-ce pas au contraire le regard de l’autre ou des autres qui nous rend sexy ?

        • Cécyle

          Je crois sincèrement que le regard de l’autre peut « confirmer » ou « infirmer » le fait que l’on soit sexy mais si l’on ne se sent pas telle, de prime abord, l’autre, les autres, n’ont aucune raison de nous trouver telle.

  • C’est justement là la question! « Être » seulement dans le regard de l’Autre ou des autres, c’est bien loin d’être suffisant et quelquefois c’est la quête de toute une vie, de savoir gérer ses forces et accepter ses faiblesses.
    Allez, une petite citation d’Aragon, histoire de démarrer le week-end :
    « l’Homme crie à son fer qui le ronge, mais sa plaie engendre un soleil plus beau que les anciens mensonges ».

  • Locks971

    Tout d’abord, je n’en reviens pas que vous arriviez à partager quelque chose d’aussi… vous, avec autant de facilité et de simplicité.
    Je ne trouve pour ma part rien de contradictoire dans vos propos jusqu’ici (bien que je ne sois pas là depuis longtemps).
    Tout est une question de vibration je crois. Parfois vous vibrez « relation simple et enrichissante, tendre et sexy (dans cet ordre)… » et parfois vous vibrez « désir, sexe, relation tendre, … (dans cet ordre) ». Non pas que l’autre vibration disparaisse. Mais celle que l’on perçoit est simplement plus forte ce jour-là. Ce ne sont pas des états contradictoires mais des composantes permanentes de la vibration plus complexe que vous êtes.
    Je crois qu’à partir de là, l’idéal amoureux c’est l’équilibre (l’harmonie ?) que l’on recherche dans l’expression de ces différentes vibrations.
    Je rêve aussi d’une relation où je puisse exprimer mes envies de luxure. C’est… plus facile (je parle pour moi). Mais je me rends compte depuis quelques jours que ça n’arrivera jamais… Parce qu’une partie de moi aspire à ressentir, éprouver, et vibrer à un autre niveau. Et cette part en moi clame haut et fort son droit à être, au même titre que le reste. A moi de faire avec.
    Mais vous savez quoi ? Le monde vibratoire est magique, et il y a une chance pour qu’un jour vous receviez exactement ce que vous émettez…
    😉

    • Cécyle

      Je crois que c’est un truc d’écrivaine d’arriver à exprimer ce qui est intime sans pousser au voyeurisme… Je ne saurais pas en dire plus mais je vais y réfléchir. La question m’intéresse.

      J’aime bien votre analyse en termes de « vibration ». Et je vous retourne avec un immense clin d’œil vos prédictions : Il y a une chance pour vous… …que vos envies de luxure explosent ! Car si on part du principe que ce que l’on est, dans l’équilibre, trouve toujours une résonance chez quelqu’une, cela vaut pour nous deux ! 😉

  • Locks971

    La question que je me posais en lisant le billet est : Lui arrive-t-il parfois de se sentir… exposée, vulnérable ?
    Concernant les « vibrations », mon père (ce héros) me dit toujours « lorsque tu ne comprends pas quelque chose, essaie de raisonner (résonner) en terme d’ondes et de vibrations », car après tout, nous sommes des émetteurs-récepteurs.
    Pour le reste… Je crois simplement que nous devons être prêtes à accueillir les surprises que la vie nous prépare car vous avez raison, lorsqu’elles arrivent, c’est que nous les avons demandées 😉

    • Cécyle

      « Lui », c’est moi ? 😉 La réponse est « oh ! que oui »… Et comme le disait Anne et Marine Rambach dans Les intellos précaires, on ne choisit pas par hasard de travailler chez soi, évitant ainsi ce monde qui nous est… hostile ? Je pense que ma bigleuserie y est pour beaucoup.
      Quant aux vibrations : j’ai longtemps négligé (paradoxalement ?) cette forme de rapport au monde; mais j’y travaille car oui, cela me semble essentiel !

  • Locks971

    Rires. Moi aussi ça m’arrive parfois d’être « Lui » 😉
    Vous vous sentez donc vulnérable… Alors je renouvelle mon admiration ! De partager cela avec d’autres. Cela met en perspective mes propres insécurités.
    Entrer dans le monde des vibrations, c’est comme regarder notre monde, notre vie, notre corps, depuis le point de vue de l’univers… J’avoue que cela a quelque chose d’euphorisant, d’expansif, de jouissif… Vous m’en direz des nouvelles !

    • Cécyle

      Je mettrais plutôt mon « système de vibration » (quand il fonctionne) du côté de l’humanité, de la chair, de la peau… Sentir, le corps et dans le corps. J’ai du mal avec le cosmique ! Cela me paraît trop loin.
      Quant à ma vulnérabilité… Chuttt !!! -)

  • Locks971

    Oups. Vraiment désolée si j’en ai trop dit.

    Et autant pour moi avec mon « point de vue de l’univers », car voilà bien là quelque chose qui ne veut rien dire finalement… Comme quoi, il faut savoir s’arrêter de parler.

    Apita 😉

    • Cécyle

      Non, je ne trouve pas que vous en ayez trop dit… 😉

      • Locks971

        Rien de grave juste un peu d’auto admonestation. Parfois, je me laisse emporter par le plaisir de la discussion ou de l’écriture, et je perds de vue le sens des mots. Ils ne sont plus… assez précis 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>