Rentrée @2

A boire !L’an dernier, lors des épreuves écrites d’un concours, j’étais toute contente d’un sujet de dissertation pile sur un sujet sur lequel je venais de lire un bouquin et que j’avais trouvé très intéressant. Bref, à l’aise, confiante… et pas admissible.
Cette année, même concours.
Tram, changement de tram pour raison inconnue, puis retard, puis changement de tram, etc. (sans pouvoir courir en raison d’une opération récente au genou), j’arrive dans la salle juste après la distribution des sujets. Ma place est tout au fond, je me pose, ouvre une bouteille d’eau, inondant ma table. Bref, sujet de note de synthèse noyé avant même d’être lu. Je mets plus de dix minutes à obtenir un sujet sec et commence donc à plancher avec un bon quart d’heure dans la vue.
Déjeuner dans un resto pas loin, furieuse envie de sieste et il fait beau (joli printemps…) Le sujet de dissert ne m’inspire pas vraiment, j’hésite à partir tellement mon travail me semble neuneu. J’ai presque honte d’être si peu inspirée. Je reste quand même et rends ma copie.
Début mai, il faut rendre une notice pour le jury d’oral. J’hésite à l’envoyer tant ça me semble plié, mais bon, faut toujours y croire… D’ailleurs, le jour des résultats, je pense à regarder plusieurs heures après l’heure fatidique, par acquis de conscience (après tant d’efforts, faut assumer jusqu’au bout !) : je suis admissible !
Maintenant, j’ai un oral à préparer pour rentrer dans une classe préparatoire (oui, parfois le chemin est long…) et encore plus d’interrogations sur les mystérieuses voies du concours.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>