Bigleuse @30

Isabelle avait réservé un livre disponible à la médiathèque Marguerite Yourcenar, près de chez moi. Je suis allée le chercher pour elle. Je ne connaissais pas cette médiathèque…
J’ai commencé par chercher l’entrée, non signalée. De grandes portes en verre sur le côté d’un bâtiment en verre… je suis à la peine. Je me poste donc de manière à surveiller les allées et venues et trouve la porte grâce au flot des visiteurs. J’ai à la main ma canne blanche repliée, en cas de besoin (un malvoyant sans canne blanche, c’est comme un président sans projet politique : peu crédible).
Dès celle-ci franchie, je remarque au sol une ligne de guidage blanche. Je la suis. Elle mène à des escaliers. Je rebrousse chemin et remarque ce qui ressemble à des guichets avec de petites étiquettes suspendues. Je m’approche. Je longe la rangée de guichets et ne lis que « Retour ». Je m’adresse à la dame du seul guichet libre.
— Excusez-moi. Je ne connais pas la médiathèque. Je suis malvoyante. Je viens chercher un livre réservé.
Et je lui tends la carte d’Isabelle.
Aussitôt, la dame me dit qu’elle va m’aider. Elle prend le livre dans une étagère et me désigne une rangée d’écrans en face d’elle (ils sont le long de la bande blanche ; je ne les avais pas vus…)
— Il faut utiliser les automates.
— Pouvez-vous m’aider, je suis malvoyante et…
— Bien sûr !
Nous nous dirigeons vers la machine. Elle s’occupe du retrait ; je lui demande si les machines sont dotées d’un système vocal. Elle est surprise. Je lui explique que si elle me donnait des indications sonores, je pourrais utiliser seule la machine.
— Non. Mais nous avons un service spécifique pour les déficients visuels. Si vous avez un certificat médical…
— Une carte d’invalidité ?
— Oui, c’est très bien, une carte d’invalidité…
Je sentais bien que je manquais de crédibilité, même canne à la main. Elle me détaille tout ce qui est prévu. Ça m’a l’air intéressant. Je promets de revenir pour plus d’information, en prenant rendez-vous comme elle me le suggère. De retour chez moi, je regarde un peu le site des bibliothèques et télécharge la brochure « Lire autrement, 2 médiathèques parisiennes adaptées aux déficients visuels » ; on me promet un « accueil individuel » (en effet), un « accompagnement possible depuis le métro », plein de livres audio ou gros caractères, des DVD avec audiodescription et tant d’autres choses.
Et pas d’automates de retrait qui parlent ? Ce n’est pourtant pas le plus compliqué ! Quant à la signalisation extérieure de la porte d’entrée… Je leur dirai quand on sera devenus copains !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>