Annonces @10

À la recherche d’un nouvel appartement, j’épluche les annonces immobilières. L’une d’elles m’intéressant, j’envoie un message par courriel à une agence. J’ai signé avec l’initiale de mon prénom et mon nom complet. Du coup, seule mon adresse électronique indique mon prénom. La réponse de l’agente commence par « Bonjour chère Isabelle » (je pense qu’un homme ne se serait pas permis cela). D’emblée, je me dis, ça commence mal !
J’appelle cette femme pour lui demander des renseignements sur l’appartement et prévoir une visite. Elle ne connait pas trop le dossier et se mélange dans les informations avec d’autres appartements. À ma question sur l’isolation phonique, elle m’affirme que c’est la meilleure, car l’immeuble date des années 70 (« avant ce n’était pas terrible et après ça a merdouillé, si je peux dire comme ça »). Déjà, j’ai des doutes sur sa crédibilité à énoncer des énormités pareilles. Nous convenons tout de même d’un rendez-vous le lendemain à une heure donnée.
Le jour dit, j’arrive en avance en bas de l’immeuble à quelques minutes à pied d’où j’habite actuellement. J’attends et ne vois personne arriver. Je ne suis pas sûre du numéro où la joindre, car il est parmi d’autres numéros appelés dans mon portable. J’ai laissé les informations à la maison, car je n’imaginais pas en avoir besoin, n’ayant pas de raison d’avoir du retard. D’ailleurs, il me semble logique que s’il y a un souci, elle me joigne. Après plus de vingt minutes d’attente, je rentre chez moi.
Un petit moment après, elle me rappelle. Je lui dis, un peu agacée, que je l’ai attendue en vain. Elle soupire « Je me suis embrouillée dans mes fiches ! » Puis, argumente qu’elle a pris les personnes qui arrivaient sans vérifier qui elles étaient et a donc dû montrer l’appartement à des personnes arrivées très en avance, car elle avait des rendez-vous tous les quarts d’heure. Je ne sais pas par où sont passés les autres puisque je n’ai vu personne, mystère… Elle tente de se rattraper en me proposant un rendez-vous le lendemain, le premier de la journée « il n’y aura personne avant, pas de risque comme ça ». Mais, bon « quand même, un petit coup de fil de votre part aurait permis d’éviter le problème ». J’ai dit que je rappellerais si j’étais intéressée. Je n’ai pas eu besoin de beaucoup de réflexion pour me dire que je laissais tomber, autant d’incompétence ne pouvant donner aucune confiance pour la suite. Tant pis « chère Stéphanie ! »

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>