À table ! @6

Je fréquente de plus en plus les hébergements collectifs de week-end dans le cadre de mes activités associatives. Je crains toujours les repas, notamment les petits déjeuners où sont trop rarement servis des fruits et où les yaourts ont le mauvais goût d’être sucrés ! Je fais les miens, alors pensez si c’est douloureux un yaourt sucré industriel. Cela me rappelle le resto U !
Au fil du temps, je remarque pourtant une amélioration dans les repas principaux où l’on trouve de plus en plus de légumes, peu de fruits. Mais, ce qui est étonnant, c’est que les légumes sont très souvent servis à midi, et les féculents le soir.
À Saint-Wandrille, par exemple, grâce au carême (et à l’exception du repas du dimanche midi où les protéines animales et les graisses ont fusé pour cause de « pause » autorisée dans l’abstinence), j’ai mangé beaucoup de légumes, peu de viande et des pommes de terre servies le soir sans légumes.
À Berck-sur-Mer, je n’ai vu aucun fruit. Nous avons eu des légumes chaque midi, servis avec une petite portion de féculents et force protéines animales. Le soir, les repas ont été… Moules-frites pour notre arrivée. Allez, on passe. C’était local. Le samedi, par contre… Crudités sauce de salade thon mayonnaise (oui, les deux assaisonnements ; moi qui n’en mets pas, j’ai ma dose pour six mois !) Couscous trois viandes (poulet, merguez, agneau) sans beaucoup de légumes. Fromage beurre. Flanc pâtissier.
Dommage que l’on n’ait pas eu de balade pour digérer tout ça !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>